Partagez|

JACKSON △ oh I just can't wait to be king !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

avatar


Sixième AnnéeBatteur Rouge

Sixième Année
Batteur Rouge



◗ HIBOUX ENVOYÉS : 16
◗ CRÉDITS : Stormy Weather

MessageSujet: JACKSON △ oh I just can't wait to be king ! Lun 24 Juin - 18:23

Jackson Aodhán Prescott
16 ANS– SIXIÈME ANNÉE
Francisco Lachowski - Lion Lame
Hé, salut toi ! Comment ça, tu sais pas qui je suis ? Je m'appelle
Jackson Aodhán Prescott
, mais généralement, on me surnomme
Jack, Jackou, Jackouille, appelez-moi comme ça vous chante, je suis ouvert à toutes les bizarreries de votre imagination
. Je suis né le
30 mars 1984
, et si tu sais compter, tu pourras en déduire que j'ai
16 piges
. Je suis originaire de
Cardiff, au Pays de Galles, steuplait
et je suis donc
gallois
, logique. Question cœur, je suis
euh, sexuel? Je m’en fiche en fait. Tu fais la différence entre du poulet et du lapin quand t’as faim toi ? Moi non plus. Même quand je n’ai pas faim, d’ailleurs.
et
célibataire, et libre comme l’air
, même si ça ne te regarde pas tant que ça (à moins que tu ne veuilles m'inviter à prendre un thé chez Madame Pieddodu ? Hum, attends... T'as vraiment cru que j'allais dire oui ?) Bref. Mon sang est
mêlé
, et je dois avouer que
je m’en contrefous. Du sang c’est du sang : c’est rouge, ça colle et c’est dégueulasse, et ce n’est pas parce que le tien est pur que ça fera moins de tâches sur ta chemise quand je t’aurai collé mon poing sur le nez
. En tous cas, il parait que ce n'est pas le genre d'info qui influe le Choixpeau. De toute façon, ça a beau être un bout de tissu rapiécé, je suis certain(e) qu'il sait que je suis fait(e) pour
Gryffindor, les nobles, les valeureux, les séduisants… comment ça je m’égare ? Oui, bon. Hufflepuff m’irait aussi. Je ne suis pas assez intelligent pour les deux autres maisons de toute façon
. Ouais, je sais, c'est la classe ! Hogwarts gère, en même temps, malgré Dumby qui passe pour un fou furieux avec ses Hogwarts Games. A ce propos, je trouve
que Dumbledore est désespéré et je commence à me demander si le héros qu'il recherche existe vraiment. Harry est mort après tout, et pourtant c'était l'Élu, non? Je pense qu'il a perdu la guerre et qu'il refuse de l'admettre, et je ne sais pas trop quoi penser de tout ça. D'un autre côté, les jeux sont un bon moyen de faire ses preuves. Si je pouvais, je crois que je me porterai volontaire, en fait. J’ai l’air débile comme ça, mais je suis plus doué que j’en ai l’air, hein, faut pas croire ! Je suis sûr que j’aurai ma chance si j’étais sélectionné. En tout cas, ce que je trouve cruel dans cette histoire, c’est d’obliger des élèves trop jeunes ou trop faibles à aller se faire tuer contre leur gré. C’est évident que Dumbledore ne trouvera pas son héros dans un ramassis de gamins terrorisés à peine capable de lancer un wingardium leviosa. Je trouve ça barbare et injuste. Autant laisser ceux qui s’en sentent capables l’occasion de montrer ce qu’ils valent, et je suis sûr que je ne serais pas le seul candidat. Parce qu’on ne va pas se mentir, gagner les jeux c’est quand même la grande classe
. Mais ce n'est que mon avis. Tant que personne ne fait de mal à
Russell, mon rat gris et un peu stupide qui passe le plus clair de son temps à roupiller au fond de ma poche, ça me va, de toute manière. Même si en vrai je suis plutôt un mec à chiens, - j'en ai deux d'ailleurs -, mais à priori ils ne sont pas les bienvenue à Poudlard, du coup je me contente de mon rongeur.
Et sinon, tu es vraiment certain que tu n'as jamais entendu parler de moi ?
Le Choixpeau est un sale curieux
Hé, salut toi ! Encore un nouveau sorcier, je commence à me sentir seul dans ma confrérie des chapeaux parlants, moi... Mais au moins, je n'ai pas besoin d'outils particuliers, alors qu'un sorcier sans sa baguette, il est carrément mal parti. Je suis sûr que t'en as une, alors fais pas ton petit cachottier, dis-moi comment elle est !

Lorsqu’il s’est rendu chez Ollivander pour la première fois, Jackson a eu la chance de trouver la bonne baguette du premier coup. Il s’attendait à faire trembler les lustres, souffler les bougies, et créer des explosions un peu partout dans la boutique comme sa sœur ainée lorsqu’elle avait elle-même acheté sa baguette, mais il n’en fut rien. A la place, lorsqu’Ollivander lui tendit la première baguette et que le jeune garçon referma ses doigts sur elle, il se sentit envahi d’une chaleur agréable qui l’irradia de la paume au creux de la poitrine. Ne sachant pas vraiment quoi en penser, il interrogea le vendeur du regard mais celui-ci ne lui répondit que d’un petit sourire entendu qui signifiait simplement « C’est la bonne. ». Il avait ensuite précisé qu’elle mesurait 27 centimètres, était faite de bois de Tremble, symbole de courage et de résistance, et que son cœur renfermait une plume d’hippogriffe.

En fait, je viens de me rendre compte que je m'en fiche complètement. Parlons d'un truc plus intéressant... On a tous nos odeurs préférées. Moi, c'est celle du parchemin neuf déroulé chaque année, de la poussière de mon étagère dans le bureau de Dumbledore, et de la lasure de mon tabouret. Hé, ne te moque pas ! Tu crois vraiment que ton Amortentia est meilleur que le mien ? J'en doute, mais dis toujours.

Jackson n’a jamais utilisé d’Amortentia de sa vie, non seulement parce que ce n’est pas son genre, et surtout parce qu’il est plutôt nul en potions et qu’il risquerait principalement de tuer sa cible en lui faisant boire une de ses préparations douteuses. Néanmoins, il a déjà eu l’occasion d’en sentir lors d’un cours. En premier lieu, il a décelé le parfum de la barbapapa dont il raffole, et qui lui rappelle inévitablement les sorties à la fête foraine du dimanche après-midi en compagnie de son père et sa sœur. Ces sorties ont été une tradition durant des années, jusqu’à ce qu’Adeline entre à Poudlard. Depuis, ils essayent tout de même d’y aller au moins une fois à chaque vacances. Ensuite, se dégage une odeur d’herbe fraichement coupée qui lui chatouille agréablement les narines. L’herbe coupée, c’est l’odeur de l’été, du soleil, des vacances. C’est frais, c’est rafraichissant, il adore ça sans aucune autre explication plus poussée. Rien de tel que de se lever de bon matin au début des vacances d’été et de marcher pieds nus dans la rosée déposée au cours de la nuit. Enfin, il y a une odeur tout à fait indescriptible mais qu’il reconnait très bien comme étant l’odeur de chez lui. Un parfum de canapé en cuir mêlé à celui du shampoing aux agrumes de sa sœur flottant dans l’air, les muffins au chocolat d’Alison, l’effluve fort et sauvage des fleurs d’hoya qui trônent dans un pot sur la table du salon, celle moins agréable du poil de ses chiens lorsqu’il a plu dehors et qu’ils sont rentrés trempés, tout cela forme un ensemble bien particulier qui lui rappelle chez lui.

Mouais, je suis pas convaincu. Bon, continuons. Quel est ton épouvantard, mon petit ? N'essaie même pas de me faire croire que tu n'as peur de rien, même moi je suis effrayé par un truc ! Si je te le dis, tu réponds à ma question, d'accord, donnant-donnant ? Bon. Moi, j'ai horreur des poux. En tant que chapeau, tu comprends bien que voilà, quoi. Allez, à ton tour, maintenant :

Jackson n’a peur de rien, voyons ! En tout cas c’est ce qu’il clame haut et fort lorsqu’on lui pose la question, mais la vérité est tout autre. Comme beaucoup, il est terrifié à l’idée qu’il puisse arriver quelque chose à l’un de ses proches, et notamment que sa sœur puisse être un jour appelée pour les jeux, mais lorsqu’il eut affaire à un épouvantard pour la première fois, celui-ci décida de laisser de côté ce que l’on pourrait qualifier de ‘banale inquiétude’, pour se concentrer sur une peur beaucoup plus enfouie car plus difficile à avouer. C’est ainsi que la créature prit la forme d’un énorme loup-garou. Lorsqu’il avait cinq ans, la malchance a fait que Jack a croisé la route de l’une de ces bêtes alors que lui et sa famille rentraient chez eux après un diner chez des amis. Il n’a jamais vraiment su ce que cet animal faisait là, mais il s’agissait vraisemblablement d’un sorcier fraichement mordu qui se serait transformé chez lui sans savoir ce qui l’attendait. Le loup leur a alors barré la route en se dressant de toute sa hauteur et le jeune garçon, - qui passait pourtant déjà son temps à fanfaronner et répéter à qui voulait l’entendre qu’il savait dresser les dragons -, se retrouva totalement paralysé. La peur lui coupait les jambes et il ne s’aperçut même pas que son père l’avait poussé sur le côté pour stupefixier la créature avant qu’elle ne décide de faire quoi que ce soit. Aujourd’hui, il préfère jouer celui qui ne se souvient pas en considérant que les chances qu’il rencontre à nouveau un loup-garou sont suffisamment faibles pour que quelqu’un parvienne à le percer à jour.

J'avoue que maintenant que tu le dis, je suis pas super rassuré. Mais courage, en plus j'en ai bientôt fini avec mes questions. Je sais que le Patronus est un sortilège super compliqué, mais j'imagine que tu sais plus ou moins la forme que le tien prend, ou prendra, non ?

Avant de faire apparaitre son premier patronus, Jack était persuadé qu’il prendrait la forme d’un chien. Déjà parce qu’il adore les chiens, mais également parce qu’il ne voyait pas quel autre animal aurait pu lui convenir. Alors quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’au lieu du bon gros berger allemand auquel il s’attendait, c’est un bélier qui jaillit de sa baguette ! Un bélier massif, la laine courte et dense, et surtout pourvu d’immenses cornes recourbées de part et d’autre de son crâne. Cette apparition le laissa au départ un peu sceptique, presque frustré de ne pas avoir eu ce qu’il voulait, mais avec le temps et le recul, il estime aujourd’hui qu’il est en tout point parfait. Comme lui il est fonceur et intrépide et peut charger la tête la première dès que l’on touche de près ou de loin à sa fierté. Et même s’il aime s’imposer comme meneur, on peut parfois se demander si Jackson ne fait pas quelques fois preuve de l’esprit de troupeau de son patronus, qui le mène à suivre sans trop se poser de questions des gens pas toujours recommandables…

Et pour finir, tu dirais que tu es plutôt...


Harpies de Holyhead
Bièraubeurre
Licorne
Échecs (version sorcier)
Chocogrenouilles
Les Trois Balais
Dumby
Poudre de Cheminette
La Gazette du Sorcier
Mimi Geignarde


Canons de Chudley
Whisky Pur Feu
Hippogriffe
Quidditch
Dragées Surprises de Bertie Crochue
Chez Madame Pieddodu
Voldy
Transplanage
Le Chicaneur
Peeves

Et sinon, toi, ça va ?
Alors comme ça, tu veux en savoir plus sur moi IRL ? Tu serais pas du genre un peu trop curieux, par hasard ? Enfin bref, moi c'est
Camille/Kasha
, je suis
une donzelle
, et j'ai
19 ans
. Ça te fait une belle jambe, de savoir ça, hein ? Bon, continuons. Si j'ai connu ce forum absolument merveilleux à l'ambiance indescriptiblement géniallissime (ou comment les admins se jettent des fleurs grâce à un questionnaire *pastaper*), c'est grâce à
Rictu de mon cœur, Julie le kiwi et Shean le feune (a) ? J’ai pas de rimes en aune u_u
, et d'ailleurs je pense qu'il est
nullissime, c’est bien pour ça que je suis là
. Et vu qu'on se débarrasse pas de moi aussi facilement, tu devras me supporter
aussi souvent que possible
. Voilà, je pense que maintenant, tu en sais suffisamment sur moi. Quoique, non, attends ! J'allais oublier :
Ok par le gnocchi roux
. Maintenant, c'est bon. Allez, file, ou McGonagall va râler parce que tu traînes encore dans les couloirs !


Dernière édition par Jackson A. Prescott le Mer 17 Juil - 22:29, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Sixième AnnéeBatteur Rouge

Sixième Année
Batteur Rouge



◗ HIBOUX ENVOYÉS : 16
◗ CRÉDITS : Stormy Weather

MessageSujet: Re: JACKSON △ oh I just can't wait to be king ! Lun 24 Juin - 18:23

Le Chevalier du Catogan
raconte sa vie trépidante
Oyez oyez ! Je suis le Chevalier du Catogan, et sans me vanter, je suis probablement le tableau le plus réussi de tout Hogwarts, et ce n'est pas peu dire. Quand même, admire ces beaux coups de peinture ! Je suis sûr que tu est vert(e) de jalousie ! Il faut dire que toi... Ton miroir doit prendre peur, parfois, non ? Je rigole, cher(e) ami(e), je rigole. (Ou pas, haha !)


Jackson n’a rien de particulièrement exceptionnel, il se trouve lui-même plutôt banal et considère sans aucune modestie que c’est son charme naturel qui fait la différence (oui, oui…). Ses traits sont plutôt doux, le tracé de sa mâchoire est léger, il n’y a pas le moindre angle abrupt, pas la moindre arrête qui tranche avec le reste. On peut dire qu’il a un visage qui met en confiance. Ses yeux sont marrons, pétillants, et surtout très expressifs. Il lui est difficile de cacher quoi que ce soit tant il est facile de lire dans ses prunelles. Si vous le vexez ou s’il ne vous aime pas, vous le saurez rapidement : Jack est une machine à lancer des regards noirs, c’est presque devenu une habitude chez lui. Il fronce aussi beaucoup les sourcils, ce qui lui donne un faux air de méchant pas franchement crédible. Ce n’est même pas une véritable expression de colère : il fait la moue, tout simplement, comme un enfant à qui on vient d’interdire de manger des sucreries avant le diner. Inutile de vous dire qu’il est également passé maitre dans l’art du regard de chien battu. Son visage forme ensemble plutôt harmonieux, presque angélique, mais ne vous y fiez pas, et prenez garde à l’éclat qui passe dans ses yeux et au sourire qui flotte sur ses lèvres lorsqu’il s’apprête à faire quelque chose de dangereux, ou de complètement stupide.

Il est plutôt grand, - voire grand tout court -, et flirte aisément avec le mètre quatre-vingt-dix. Sa silhouette est svelte, élancée, son buste est long et ses épaules sont fines, si bien qu’en dépit de tous les efforts qu’il déploie pour avoir l’air costaud, il ne parait jamais très impressionnant. Il est plutôt musclé pourtant, - sa pratique sportive intensive a eu ses petits effets -, mais sa musculature est allongée et noueuse, et bien que ses abdos se dessinent sous sa peau légèrement hâlée, il a toujours l’air d’une crevette.

Vestimentairement parlant, Jackson met toujours plus ou moins ce qui lui tombe sous la main lorsqu’il se lève le matin. Il peut arriver habillé tout à fait normalement, avec une chemise ou un t-shirt bien coupé qui le met en valeur et ne donne pas l’impression qu’il a piqué ses fringues à son grand-frère, tout comme il peut arriver comme un débraillé avec un jean troué et un vieux sweat délavé. Il en va de même avec ses cheveux ou sa barbe qu’il met en ordre seulement quand il en a le temps ou l’envie. En fait, il peut passer de bien habillé à clochard en l’espace d’une nuit. Ce n’est pas qu’il n’ait pas envie de soigner son apparence, c’est seulement qu’il y a des jours avec et des jours sans, et quand il a la flemme, il a vraiment la flemme. Il n’est d’ailleurs pas rare de le voir déambuler en caleçon dans la salle commune.

Bon, d'accord, tu es presque aussi canon que moi. Et sinon, avant de te quitter pour de nouvelles aventures, es-tu aussi facile à vivre, courageux(se) et modeste que moi, que je revienne te voir en temps en temps ? Ou tu es aussi insupportable que la Grosse Dame qui passe son temps à piailler sur ses airs d'opéra ? Je blague, ne t'en fais pas. Personne ne peut rivaliser avec la Grosse Dame...


bruyant - turbulent - impatient - caractériel - fonceur - courageux à la limite de l’inconscience - borné - très compétitif - actif - fier - arrogant - sociable - extraverti - réaliste - bagarreur - réactif - fêtard - susceptible - débrouillard - tactile - aimant - jaloux - capricieux - taquin - franc - dominateur - gaffeur - sympathique - un brin égocentrique - chaleureux - démonstratif - battant - impulsif - sarcastique - épuisant - loyal - boudeur professionnel - bon joueur mais mauvais perdant - un peu influençable - colérique - pas franchement modeste - rancunier - sûr de lui - débrouillard - bordélique -

La première chose à savoir sur Jackson c’est qu’il vit à 200 à l’heure. Il hyper dynamique, toujours en activité, on dirait qu’il ne se pose jamais. Il déteste rester à rien faire, il est un peu comme un gosse qu’il faut tenir occupé à chaque seconde sinon il devient lourd et insupportable. En fait, il déteste s’ennuyer. En conséquence, il est très sportif : il adore le Quidditch, le rugby, - même s’il finit souvent du temps écrabouillé sous tout le monde lorsqu’il n’est pas assez rapide -, il fait même du skateboard à ses heures perdues.

D’une manière générale, c’est un brave type, le bon pote par excellence. Il est sympa tant qu’on ne l’emmerde pas, finalement. Il se donne une image de dure à cuire, mais c’est une crevette. Il se met tout de même facilement en colère, mais jamais rien de grave : il s’emporte, il crise, il boude un peu et ça passe. Il faut dire qu’il est très susceptible et se vexe pour un rien. Il faut le prendre avec des pincettes si on ne veut pas se retrouver avec un Jackson qui boude et fait la tronche pendant deux jours. Par contre, lorsque c’est lui qui blesse les autres, il culpabilise énormément, mais a trop de fierté pour aller s’excuser. Les vraies colères, froides et silencieuses sont plus rares, heureusement. Il devient autoritaire et glacial, et le mieux dans ce cas c’est de le laisser tranquille.

Scolairement parlant, c’est un adepte du vite-fait bien fait (ou pas d’ailleurs). Il n’aime pas étudier, il brille dans les matières où il peut agir mais rame lamentablement dans celles qui demandent plus de réflexion. Ses tendances à l’improvisation en cours de potions ne ravissent pas ses profs, de même que celles qu’il a à raconter sa vie en parlant plus fort que le professeur d’histoire de la magie. Dans un autre sens, les travaux pratiques en sortilèges et en défense contre les forces du mal lui réussissent mieux, voir vraiment très bien et il assure même la moyenne en cours de métamorphose. En fait, lorsqu’on ne le connait pas, il est assez facile de penser qu’il est complètement stupide (ce qu’il est un peu parfois), mais il est plus doué qu’il en a l’air et l’adrénaline semble lui donner des élans d’intelligence. Il a néanmoins tendance à agir d’abord et réfléchir ensuite si bien qu’il se retrouve souvent dans des situations pas possible. En plus de ça, il est persuadé qu’il peut tout réussir par lui-même et n’aime pas qu’on l’aide. Il s’attire beaucoup d’ennuis, d’une manière générale. De toute façon, dites-lui ce qu’il doit faire et il fera volontairement tout le contraire, juste pour prouver que c’est lui qui décide. Il a d’ailleurs tendance à trop vouloir commander et diriger les autres.

On peut dire qu’il est un tantinet égocentrique. Il n’aime pas quand on ne lui prête pas assez d’attention. En fait, il estime que quand il rentre dans une pièce, il faudrait que tout le monde cesse ce qu’il est en train de faire pour s’intéresser à lui. Il adore être très entouré. D’ailleurs il préfère être mal accompagné que tout seul.

D’une manière générale, il a soif de faire ses preuves et de montrer qu’il n’est pas juste un coq qui se pavane à longueur de temps mais qu’il est aussi capable d’accomplir quelque chose. C’est son plus grand souci : accomplir quelque chose dont il puisse être fier et qui soit admiré par les autres. Il a un énorme besoin de reconnaissance et même s’il fait celui qui se fiche d’être prit pour un débile, il a besoin du soutien des autres et il doute facilement, même s'il ne le montre pas forcément. Il aime gagner, mais bien qu’il refuse l’échec, il ne trichera pas pour arriver à ses fins. Si la victoire n’est pas loyale, alors elle ne vaut rien à ses yeux. Ça ne l’empêchera pas de se donner à 200% même s’il doit se tuer à la tâche, et si par malheur il perdait, comptez sur lui pour tout remettre en cause et faire la tête pendant deux jours. Par contre, s’il gagne, vous allez en entendre parler pendant le prochaine décennie. En fait, ne le défiez en rien, c’est une mauvaise idée : quelle que soit l’issue de la compétition, vous allez en baver.

Ce n’est pas franchement ce que l’on pourrait qualifier de séducteur. Alors oui, il bave devant tout ce qui bouge et qui a un joli petit cul, mais il est plutôt dans le style dragueur lourd et boulet. La finesse ce n’est pas vraiment son fort, ce qui lui a déjà valu pas mal de gifles. C’est un adepte du coup de foudre, mais quand il aime quelqu’un, c’est à fond ! Il est très jaloux, très protecteur, un peu étouffant même. C’est un amoureux dévoué et qui fait son possible pour être fidèle. Et même sans parler d’amour, c’est calin-man, un vrai pot de colle. Mais bien qu’il fasse ce qu’il peut pour être attentionné, il oublie parfois des tas de trucs sur les autres, comme les dates d’anniversaires, les prénoms, et surtout les visages. S’il ne vous dit pas bonjour et vous ignore royalement, ne vous vexez pas, c’est qu’il ne vous aura probablement pas reconnu. Parce que sinon comptez sur lui pour vous sauter dessus comme si vous étiez les meilleurs amis du monde : il s’attache très vite aux gens et c’est bien sa faiblesse. Cela fait de lui quelqu’un d’assez naïf et facilement manipulable qui ne se méfie pas assez des autres. Si vous vous y prenez bien, vous n'aurez aucun souci à le faire douter et implanter des idées dans sa petite tête tout en lui faisant croire qu'elles viennent de lui... Mais si par malheur vous lui avez fait mauvais impression, sachez qu’il est très rancunier et qu’il ne vous oubliera pas. Il ne tentera rien contre vous : la stratégie et la fourberie ce n’est pas son genre, mais ne venez pas le chercher. Il faut dire qu’il a le coup de poing (ou de baguette) facile. Enfin, il n’aime pas qu’on lui cache des choses, il risque vite de devenir tellement insupportable que vous serez obligé de cracher le morceau, mais le souci c’est qu’il est incapable de garder un secret, et c’est une vraie commère.




Dernière édition par Jackson A. Prescott le Jeu 27 Juin - 22:44, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Sixième AnnéeBatteur Rouge

Sixième Année
Batteur Rouge



◗ HIBOUX ENVOYÉS : 16
◗ CRÉDITS : Stormy Weather

MessageSujet: Re: JACKSON △ oh I just can't wait to be king ! Mar 25 Juin - 10:23

Le Chevalier du Catogan
raconte sa vie trépidante
Oyez oyez ! Je suis le Chevalier du Catogan, et sans me vanter, je suis probablement le tableau le plus réussi de tout Hogwarts, et ce n'est pas peu dire. Quand même, admire ces beaux coups de peinture ! Je suis sûr que tu est vert(e) de jalousie ! Il faut dire que toi... Ton miroir doit prendre peur, parfois, non ? Je rigole, cher(e) ami(e), je rigole. (Ou pas, haha !)


« Je suis enceinte.» Katherine avait tranché le silence d'une voix blanche, maîtrisée, comme si elle s'était exercée à répéter cette même phrase encore et encore jusqu'à parvenir à masquer les tremblements de ses mots. Elle se sentit aussitôt libérée d'un poids, mais cela ne suffit pas à calmer les palpitations de son cœur. Elle avait peur. Elle craignait sa réaction, elle attendait qu'il dise quelque chose, n'importe quoi... L'angoisse d'être rejetée lui tordait les entrailles. Il n'était pas prêt, elle le savait. Elle ne l'était pas non plus. « Quoi?» David paraissait abasourdi. Il avait parfaitement compris ce qu'elle lui avait dit, mais il ne trouva rien de plus intelligent à répondre. Katherine le supplia du regard. Tous deux venaient d'avoir dix-neuf ans. Ils vivaient encore leur idylle au présent et jamais encore ils n'avaient tourné le regard vers l'avenir. David avait l'impression d'avoir reçu un coup de poing dans le ventre. Il avait détourné les yeux, le souffle coupé, cherchant quelque chose à dire, pour la rassurer peut-être, alors qu'il était aussi terrifié qu'elle. Il n'était même pas encore sûr de l'aimer... « On ne peut rien faire pour...» Commença-t-il à mi-voix sans oser la regarder dans les yeux. Katherine se mordit la lèvre et secoua la tête avant qu'il ne vienne à bout de ce qu'il allait dire.  Il n'y avait rien à faire, elle allait avoir ce bébé quoi qu'il arrive, la seule interrogation qui demeurait encore était allait-elle l'avoir seule ?

David resta avec elle. Pas un seul moment d'ailleurs il ne songea à agir autrement. Cet enfant était sa responsabilité autant que la sienne, jamais il n'aurait osé tourner les talons alors qu'elle avait plus que jamais besoin de lui. La jeune femme mit Adeline au monde sept mois plus tard. C'était une petite fille magnifique qui dévorait la vie de ses grands yeux verts et brillants et ne cessait de sourire. David en tomba éperdument amoureux à seconde même où il la tint dans ses bras pour la première fois. Elle lui semblait si petite et si fragile qu'il avait presque peur de la briser en la serrant trop fort. Il n'avait jamais envisagé d'avoir des enfants, pas un seul instant. Pourtant à ce moment, il ne pouvait plus imaginer sa vie sans cet être minuscule qui avait son regard et son sourire. « Elle est magnifique.» murmura-t-il avec tendresse tout en la berçant doucement dans ses bras. Katherine lui adressa un sourire fatigué mais radieux. En cet instant, leur vie n'aurait pas pu être plus parfaite.

Leur petite bulle commença à se fissurer quelques mois seulement après la naissance de leur fille. Il s'avéra bien vite qu'élever un bébé était plus difficile qu'ils ne l'avaient pensé et leur quotidien se transformait progressivement en cauchemar. Katherine avait fini par arrêter ses études en médicomagie pour rester auprès de sa fille, parce que David refusait catégoriquement de la confier à des elfes de maison ou même à des membres de sa famille. La jeune mère l'attendait à la maison le soir, les traits tirés, et elle posait sur lui un regard accusateur, comme si c'était sa faute si elle avait laissé ses rêves de côté. Mais il chassait tout cela d'un revers de la main. Dès qu'il s'agissait d'Adeline, il se changeait en véritable loup et ne faisait plus confiance à personne. Il ne supportait pas non plus de l'entendre pleurer la nuit. Il se levait et passait des heures entières à la bercer jusqu'à ce qu'elle se calme, parfois même jusqu'au lever du soleil. Le manque de sommeil le rendait exécrable et sa relation avec Katherine se dégradait de jour en jour. Lorsqu'elle tomba à nouveau enceinte, ils ne s'adressèrent pas la parole pendant quatre jours. Chacun en voulait à l'autre pour ce ‘second accident’. Bien sûr, David aimait sa fille plus que sa propre vie, et il aurait sans doute tué quiconque oserait prétendre le contraire, mais c'était déjà bien assez difficile comme ça. Il ne voulait pas de deuxième enfant, il voulait décrocher son diplôme et mener l'existence dont il avait toujours rêvé, et surtout il voulait que sa petite amie le regarde comme elle le faisait autrefois. Mais Katherine mit au monde un garçon, David n'eut jamais son diplôme, et la jeune femme ne lui adressa jamais plus que l'ombre des sourires qu'elle avait pu lui offrir par le passé.

Lorsque David regagna la maison ce soir-là, elle n’était pas encore rentrée. Adeline était debout dans son berceau, ses petites mains serrées sur les barreaux. Jackson, quant à lui, pleurait bruyamment en se débattant dans ses langes. David se pencha sur son fils et le prit dans ses bras pour le calmer. Il était en colère contre Katherine. Elle avait laissé ses deux enfants livrés à eux même sans même avertir qui que ce soit, pour aller traîner il-ne-savait-où avec il-ne-savait-qui. En vérité, il n'ignorait pas ce qu'elle était partie faire. Il avait deviné qu'elle le trompait à peine quelques mois après la naissance de Jack. Mais jusqu'à lors elle s'était toujours arrangée pour revenir avant lui, pour continuer à faire comme s'ils menaient une vie de famille normale et que tout allait bien. David savait qu'elle était malheureuse. Il s'en était rendu à compte à sa façon de porter ses enfants sur ses genoux et de regarder dans le vague, comme si elle s'imaginait une autre vie, ailleurs. La petite étincelle qui maintenait leur couple, la tendresse qu'ils avaient pu échanger, tout cela était éteint depuis bien longtemps et la seule chose pour laquelle ils existaient désormais, c'était pour maintenir leur progéniture en vie. C'était tout. Leur propre existence avait été mise entre parenthèses, et Katherine était en train de dépérir à petit feu. Elle qui avait été si belle, si rayonnante, n'était plus qu'une fleur fanée au teint tristement pâle et au regard terne.

David ne dormait pas encore lorsqu'elle revint. Il l'attendait, installé sur le canapé du salon. Addie et Jack étaient couchés et on entendait plus que le tintement régulier de l'horloge. « Avec qui tu étais ?» demanda-t-il simplement lorsqu'elle passa la porte. En vérité, il ne voulait pas le savoir. C'était seulement un moyen de lui dire qu'il avait compris. « De quoi tu parles ?» Elle sentait l'alcool et traversa d'ailleurs le couloir d'un pas plutôt mal assuré. « Ne me prends pas pour un imbécile, je ne suis pas aveugle tu sais.» Katherine ne répondit pas. Elle s'appuya d'une main contre le mur et se pencha pour retirer ses talons avant de reposer ses pieds nus sur le parquet avec un soupir. « Comme si j'étais la seule. Tu crois que je ne t'ai pas vu avec tes Claire ou tes Elena ? Moi au moins j'ai assez de respect pour ne pas le faire chez nous.» David garda le silence, les mâchoires serrées par l'agacement qu'elle lui inspirait. Elle osait lui mettre cela sur le dos, comme si c'était lui qui avait commencé. Si elle ne s’était pas mise à passer le plus clair de son temps avec d’autres hommes, il n’aurait pas invité d’autres femmes chez lui. « Ça n'a rien à voir.» siffla-t-il entre ses dents, luttant pour garder un ton calme. « Bien sûr que ça n'a rien à voir. Parce que toi tu peux t'envoyer en l'air avec tout le Royaume Uni si tu veux pendant que moi je reste à la maison à nourrir tes gosses, c'est tout à fait normal !» Elle le mitraillait du regard. « Ce sont tes enfants aussi je te signale. Ça te va bien de jouer le rôle de la victime...» David avait resserré ses doigts sur l'accoudoir du fauteuil au point que ses jointures avaient blanchi. Il cherchait à se convaincre qu’il lui en voulait seulement à cause de sa négligence à l’égard de sa famille, mais la jalousie lui tordait les entrailles. L’idée qu’un autre homme ait pu passer sa main sans ses boucles brunes le rendait malade. « C'est ça.» rétorqua Katherine d'un ton qui mettait clairement fin à la discussion. Elle se détourna de lui et prit la direction des escaliers. « Je monte me coucher. J'espère au moins que tu as changé les draps.»

Katherine le quitta quatre mois plus tard. Lorsque David rentra un soir, il ne la trouva nulle part. Il avait pris l’habitude de l’entendre revenir au milieu de la nuit et se glisser sous les draps, son dos contre le sien, c’est pourquoi il ne s’inquiéta pas tout de suite. Mais elle ne rentra pas. Ni le matin, ni le lendemain, ni la semaine d’après. David la chercha partout. Il parcourut toute la ville et une bonne partie du Pays de Galles, demanda des nouvelles à ses parents, signala sa disparition au Ministère. Il craignait que le pire soit arrivé, qu’elle ait été attaquée par des mages noirs, qu’elle ait été enlevée… il imaginait toutes les hypothèses. Il envoya des dizaines de lettres qui lui revenaient toujours parce que son hibou n’avait pas trouvé la destinataire. Et puis lorsqu’Adeline vint tirer sur sa manche pour la quatrième fois de la journée pour lui demander « elle est où maman ?», David baissa les bras. Elle ne reviendrait pas, il en était certain maintenant. Peut-être l’avait-il toujours su d’ailleurs, mais il avait préféré nier et faire comme s’il n’avait pas vu à quel point elle était malheureuse. Il se retrouvait seul, absolument seul avec deux enfants à peine en âge de marcher tout seuls.

Jackson n’avait pratiquement aucun souvenir de sa mère. Son visage, sa voix, tout cela se brouillait dans sa tête lorsqu’il essayait d’y penser et il ne voyait qu’un ensemble flou et immobile. Adeline lui en avait parlé, un peu, mais il avait vite compris qu’elle n’en avait pas très envie. Chaque fois qu’il évoquait le sujet, elle se braquait et ne répondait à ses questions que par des phrases courtes et concises ou par des soupirs exaspérés. Son père savait se montrer plus patient, mais lui non plus n’avait pas grand-chose à lui raconter. Jack finit par apprendre à s’en passer et il cessa de penser à Katherine.

Son père faisait tous les efforts du monde pour que lui et sa sœur ne manquent de rien. En conséquence, il travaillait beaucoup, était souvent absent, et durant leurs jeunes années, Jackson et Adeline passèrent beaucoup de temps chez leurs grands-parents lorsque David ne pouvait pas garder un œil sur eux. Addie ne bronchait pas, mais Jack souffrait de cette situation parfois. Il ne parvenait pas à s’endormir la nuit et finissait par se réfugier dans la chambre de sa sœur qui lui lisait des histoires jusqu’à ce que l’épuisement ait raison de lui. Et pour épuiser son frère, il fallait souvent s’armer de patience. Jack était un enfant hyperactif qui passait son temps à crier et courir partout. Lorsqu’il s’ennuyait, il se mettait à faire de la peinture sur les murs, casser des assiettes, éventrer tous les coussins du salon pour savoir ce qu’il se cachait à l’intérieur, il avait même été jusqu’à couper les moustaches du chat de son parrain, juste comme ça, pour voir. A l’âge de huit ans, il se fractura le bras droit en glissant du toit sur lequel il était monté et quelques mois plus tard, il s’ouvrit le menton en voulant faire du skateboard dans les escaliers. Ses grands-parents, ses baby-sitters, il mettait tout le monde à bout de nerf, et même son père secouait parfois la tête d’un air épuisé en l’écoutant expliquer à l’infini des choses qui n’avaient de sens que pour lui. Jackson avait horreur de ça, d’ailleurs. Il avait parfois la sensation désagréable que son père préférait passer du temps avec sa sœur qu’avec lui et cela le rendait fou de jalousie. Adeline était brillante, futée, jolie et intéressante. Ses pouvoirs magiques s’étaient déjà manifestés depuis longtemps et elle avait reçu sa lettre pour Poudlard. Elle était toujours le centre de l’attention lors des repas de famille. On lui demandait ce qu’elle voulait faire plus tard, dans quelle maison elle aimerait être répartie, on lui disait qu’elle avait de beaux cheveux et les yeux de son père. Et à Jackson on disait bonjour du bout des lèvres pour ensuite lui hurler « ne touche pas à ça !» depuis l’autre côté de la pièce. Et puis on lui disait qu’il râlait et boudait tout le temps et que personne n’aimait les enfants qui faisaient la tête… Ce qui le faisait bouder encore plus. Pourtant tout le monde adorait Jack, mais il prenait mal la moindre remarque et il en voulait toujours plus. Qu’on l’aime bien n’était pas suffisant, il fallait qu’on l’aime plus que les autres.

On frappa à la porte un soir des vacances de Noël. Adeline était à la maison pour la semaine, David avait eu quelques jours de repos, et ils avaient passé l’après-midi tous les trois à installer un sapin dans le salon. Ce fut Jackson qui ouvrit la porte. De l’autre côté se tenait une femme qu’il n’avait jamais vu et qui l’accueillit d’un sourire radieux. Elle était grande, brune, avec des cheveux ondulés qui lui tombaient sur les épaules et encadraient un visage rayonnant. Elle semblait fatiguée, mais il la trouva belle. « Comme tu as grandi…» Soupira-t-elle en se baissant pour le prendre dans ses bras. Jack ne comprit pas mais il se laissa faire, les sourcils légèrement froncés. « Jack ? Qui c’était ?» Demanda une voix d’homme qui approchait depuis le couloir. « Jack ? Oh…» David venait de les rejoindre dans l’entrée et s’était stoppé net. La femme avait alors lâché le petit garçon et s’était relevée tranquillement tout en lissant les plis sur son chemisier. « Bonsoir David.» murmura-t-elle à mi-voix, comme si elle était trop émue pour parler plus fort. David posa une main sur l’épaule de son fils et le rapprocha de lui. « Katherine.» dit-il seulement, les mâchoires serrées. « Qu’est-ce que tu fais là ?» La femme haussa les épaules et lui adressa un sourire d’excuses. « C’est Noël…» Commença-t-elle d’un ton mal assuré. « C’était aussi Noël l’année dernière et ces six dernières années, tu sais.» Adeline les avait rejoints et se tenait à présent à côté de son frère qui lui avait pris la main sans vraiment s’en rendre compte. « Écoutes, je... Vous me manquez. J’ai fait des erreurs, je comprendrai que tu ne me pardonne pas, mais je suis désolée.» Elle avait fait un pas à l’intérieur de la maison et Adeline eut un mouvement de recul. « David, s’il te plait, je n’ai nulle part où aller…»

Katherine passa le reste de la semaine avec eux. Le réveillon de Noël eut lieu dans une atmosphère un peu étrange, teintée à la fois de joie et de tension. David paraissait s’en vouloir à chaque fois qu’il lui souriait où qu’il riait à quelque chose qu’elle venait de dire comme s’il refusait de la laisser entrer dans sa vie à nouveau. Adeline, quant à elle, se montra continuellement méfiante et s’arrangeait pour passer le moins de temps possible dans une pièce en compagnie de sa mère. Elle n’avait pas vraiment envie de lui parler et il n’était pas difficile de deviner qu’elle lui en voulait. Jack, au contraire, l’avait aussitôt adoptée et avait passé la quasi intégralité de la soirée à voler à toute allure dans le jardin sur le balai qu’elle lui avait offert.

« Arrêtes, je t’ai déjà dit pourquoi j’étais partie !» Jackson qui passait dans le couloir s’arrêta net et se rapprocha de la porte de la chambre de son père sur la pointe des pieds. Il colla son oreille contre le battant et retint son souffle. Ils se disputaient. « Et pour moi, tu crois que c’était facile ?» David semblait énervé. « C’est ça, joue le petit malheureux ! Regarde la vie que tu mènes maintenant ! Tu as un travail génial, une maison, une famille… Alors que moi je me retrouve à la rue.» Il  eut un court silence, puis David reprit la parole. « Si tu étais restée avec nous tu n’en serais pas là. » « C’est tellement facile pour toi de dire ça ! Je n’étais pas prête pour tout ça, on était beaucoup trop jeunes…» Un grincement du plancher signala à Jack que son père s’était levé. « Tu crois que moi j’étais prêt peut-être ? Qu’est-ce que tu voulais qu’on fasse ? Qu’on les abandonne sur le bord d’une route pour pouvoir profiter de notre jeunesse ?!» C’en fut trop pour Jackson qui sentait monter en lui une colère sourde. Il recula d’un pas, les poings serrés et le regard sombre. Il avait très bien compris de quoi ses parents parlaient. Le retour de sa mère lui avait déjà fait réaliser à quel point lui et sa sœur leur avait gâché la vie et les bribes de conversation qu’il venait de surprendre le confortait dans son idée. Il était blessé, vexé, en colère, et tellement occupé à ruminer ses pensées qu’il quitta la maison s’en même vraiment s’en apercevoir et commença à marcher dans la rue en shootant dans des petits cailloux d’un air distrait.

Lorsque Jackson se rendit compte qu’il s’était trop éloigné, le soir était déjà tombé et il faisait trop sombre pour qu’il puisse se repérer. Le ciel gris laissait présager qu’il n’allait pas tarder à pleuvoir, c’est pourquoi le gosse accéléra le pas, zigzagant rapidement entre les passants qui se dirigeaient dans la direction opposée. Il ne savait ni où il était, ni où il allait, mais il était sûr d’une chose : il ne remettrait pas les pieds chez lui ce soir-là. Il était de toute façon bien trop fier pour admettre qu’il s’était lamentablement perdu et préférait les laisser croire qu’il avait fugué. Il commençait d’ailleurs à regretter que tel n’ai pas vraiment été le cas, car sinon il aurait certainement pensé à emporter un sac avec quelque chose à manger, en plus du paquet de dragées surprises entamé qu’il avait dans la poche. La nuit tomba rapidement et Jack décida qu’il serait préférable de s’arrêter quelque part. Le gamin s’engagea dans une petite rue, à l’abri des grands lampadaires des artères principales et de la circulation du début de soirée. Tout était beaucoup plus calme. Il continua sa route, s’enfonçant plus profondément dans le dédale d’allées. Il stoppa sa marche et s’assit sous un porche. Un sourire se dessina sur son visage tandis observait autour de lui. On aurait pu croire qu’il serait paniqué de devoir passer la nuit dehors, mais au contraire, il était très excité à cette idée. Son père s’était toujours débrouillé pour l’empêcher de faire l’andouille dès que l’occasion se présentait et pour une fois, Jack avait la sensation d’être totalement libre de ses mouvements. Sa première nuit dans la rue, c’était une aventure ! Le môme se releva et alla contourner deux poubelles débordantes qui se trouvaient un peu plus loin, en contrebas. Il fouilla dans les divers détritus jonchant le sol, les retournant du bout du pied, avant de se saisir d’une immense boite en carton pliée que l’humidité avait épargnée. Revenant sur ses pas, il l’installa sous le porche, contre la porte qui semblait condamnée, et s’en fit un abri de fortune avant de s’y asseoir en tailleur, le dos légèrement vouté pour pouvoir y passer tout entier. Bon, c’était tout de suite un peu moins cool qu’il l’avait pensé, mais c’était toujours ça. Demain il rentrerait frapper chez lui et serait accueilli comme un héros de guerre, c’était tout ce qui comptait. Avec un peu de chance, ses parents oublieraient la raison pour laquelle ils se disputaient et se remettraient ensemble afin de former une vraie famille. Vu sous cet angle, quitter la maison sur un coup de tête était la meilleure idée qu’il ait jamais eue.

Un bruit métallique le tira de ses rêveries quelque peu naïves. Il se redressa dans son abri de fortune, tous les sens en alerte. A vrai dire, il avait un peu peur. Il serra ses doigts sur le futile couteau en pastique qu’il avait récupéré dans les déchets et se leva, prêt à affronter le terrible danger qui l’attendait derrière la poubelle. Le bruit se répéta, comme si on avait shooté dans une vieille boite de conserve. Tout en s’approchant, le gamin s’attendait déjà à voir surgir un vieux clochard pouilleux et assoiffé de sang, mais il ne distinguait rien dans l’obscurité. Deux billes brillantes s’allumèrent soudain devant lui et Jack eut aussitôt un mouvement de recul, incapable d’identifier la créature qui lui faisait face dans le noir. Un monstre, songea t-il. Mi-homme, mi-bête... Une abomination assoiffée de sang qui allait se jeter sur lui pour s'abreuver du sien. Jackson sentait la terreur se glisser sous sa peau et glacer ses os. Par réflexe, il tendit la main devant lui pour protéger son visage et une lueur éclaira soudain la ruelle, comme si elle émanait directement de sa paume ouverte. Le jeune garçon poussa une exclamation surprise, fasciné par sa propre magie qu’il utilisait pour la toute première fois, oubliant presque le danger auquel il faisait face. Il fallait dire qu’Addie avait manifesté ses pouvoirs beaucoup plus tôt que lui et que parfois il se demandait même s’ils allaient se déclarer un jour. Ses yeux sombres se posèrent alors sur un minuscule chiot au pelage gris emmêlé et au regard larmoyant. Craintif, celui-ci se ramassa sur lui-même, la queue entre les pattes, les oreilles basses. Jackson se sentit aussitôt envahit de tant de soulagement en découvrant le vrai visage de son ‘prédateur’ que la lumière qu’il venait de créer par magie s’estompa pour disparaitre totalement, masquant également l’air terriblement déçu qu’affichait à présent le garçon. « Hey, approche !» Jack tendit les doigts vers le museau du chiot. Il remarqua qu’il portait un collier. Sans crier garer, il saisit la lanière de cuir et tira l'animal vers lui, ignorant ses couinements plaintifs. L’enfant le prit dans ses bras et le souleva du sol afin de pouvoir lire la médaille plus ou moins rouillée qui pendait dudit collier. « Winston.» déchiffra-t-il, les paupières plissées. « Toi aussi tu t’es perdu ?» ajouta t’il en posant ses yeux sur son compagnon à quatre pattes, comme s’il s’attendait à une réponse de sa part. « Tu m’as l’air d’avoir faim. Je n’ai pas grand-chose pour toi mais je veux bien partager.» Le chiot toujours sous le bras, Jackson se faufila dans sa maison en carton avant d’attraper une dragée et de le lui tendre. L’animal commença par le renifler, méfiant, avant de l’engloutir avec appétit. Le gosse glissa ses doigts derrière ses oreilles, tout en lui tendant une seconde friandise. Au bout de la quatrième, le chiot sembla rassasié et il se roula en boule avant de s’endormir dans les bras de Jack qui finit par faire de même.

« Jack !» Quelqu’un avait crié et Jackson se réveilla en sursaut, manquant au passage de déchirer le toit de son abri. Encore dans les vapes, il mit plusieurs secondes à se rappeler où il se trouvait, et pour quelle raison exactement il dormait dans un carton. Mais avant qu’il ait pu esquisser le moindre geste, une poigne de fer le saisit par le col et il en fut pratiquement soulevé de terre. Le jeune garçon croisa un regard dur et glacé, un regard qu’il ne connaissait que trop bien et se recroquevilla instinctivement sur lui-même. « Bon sang Jack, tu es fou ou quoi ?! On t’a cherché partout toute la nuit, j’étais à deux doigts d’alerter le ministère de ta disparition !» David le secouait à présent comme un prunier, jusqu’à ce qu’une silhouette féminine s’interpose et le force à lâcher son fils. « Je me suis perdu, c’est tout.» marmonna Jackson en tentant de remettre en place le col de sa veste qui venait d’être malmené. « Ne refais jamais une chose pareille !» S’écria Adeline, - puisque c’était elle qui s’était interposée -, en plaquant ses poings sur ses hanches. Puis ses traits se radoucirent et elle le serra tout de même dans ses bras. « Tu aurais vu dans quel état tu as mis Papa…» lui murmura-t-elle au creux de l’oreille avec un gloussement amusé. Cette simple pensée suffit à égayer l’humeur de Jack qui accepta même de s’excuser pour son comportement, trop flatté que son père ait pu s’inquiéter pour lui pour se rappeler qu’il était non seulement très fier, mais surtout extrêmement vexé. David semblait également ne rien vouloir montrer qui puisse trahir qu’il avait paniqué et adoptait une expression de marbre. Jackson ne l’avait de toute façon jamais connu très démonstratif et il ne s’en formalisa pas. « Et vous savez quoi ?» commença Jack avec l’expression illuminée de celui qui vient soudainement de se rappeler quelque chose de très important, « j’ai fait de la magie !» Adeline émit un sifflement admiratif et même David troqua son expression de colère pour un sourire ravi.

« Qu’est-ce que c’est que ça ?» demanda soudain David, coupant court à la petite séquence émotion. Il avait sorti sa baguette et faisait à présent léviter une petite boule de poils gris qui se débattait mollement en l’air en poussant de petits couinements plaintifs. Jack réagit au quart de tour et se précipita sur le pauvre chiot qui se tortillait vainement pour se défaire du sortilège. Le jeune garçon l’attrapa et le serra contre lui en l’arrachant à la portée de la baguette de son père. « Laisse-le ! Il est avec moi.» David haussa les sourcils et secoua la tête, comprenant où son fils voulait en venir. « C’est hors de question, on en a déjà parlé. Tu le repose où tu l’as trouvé et on rentre à la maison.» Jackson se laissa alors brusquement tomber assis sur le trottoir, bien décidé à ne plus bouger d’un poil. « Très bien. Je reste ici.» Son père lâcha un soupir exaspéré et fit mine de l’attraper par l’épaule pour le relever. « Arrête de faire l’idiot, on y va maintenant.» Le jeune garçon croisa les bras sur sa poitrine et secoua vigoureusement la tête. Il avait lutté et supplié pendant des années pour avoir un chien, ce que son père lui avait toujours refusé. Maintenant qu’il en avait trouvé un, il n’allait pas le laisser partir aussi facilement. « Addie, vas-y, toi il t’écoutes.» déclara finalement David avec un soupir en laissant à sa fille ainée le soin de raisonner son petit frère. La jeune fille haussa les épaules avec un sourire amusé. « Moi je trouve qu’il est plutôt mignon.» déclara-t-elle d’un ton tranquille. Jack leva le regard vers elle, réellement surpris. Sa sœur n’avait jamais porté les animaux dans son cœur, - elle avait d’ailleurs refusé d’adopter quoi que ce soit qui ait des poils ou des pattes lorsque de son entrée à Poudlard -. La jeune fille lui adressa un clin d’œil avant de lui chuchoter : « par contre s’il fait pipi dans mes affaires, je l’empaille.»

Katherine lui offrit par la suite un petit bouledogue caractériel sobrement nommé Vincente - ou Vinnie -, au grand dam de David, mais ses parents ne se remirent néanmoins jamais ensemble. Son père choisit de refaire sa vie avec une jolie blonde du nom d’Alison avec laquelle il eut une fille qui a aujourd’hui trois ans. Katherine décida tout de même de s’établir dans les environs pour rattraper le temps perdu et commencer à tisser des liens avec ses enfants. Si Jackson était plutôt enthousiaste à cette idée, David et Adeline l’étaient beaucoup moins et n’aimaient pas beaucoup la voir interférer dans leur vie, - ce qui expliquait d’ailleurs pourquoi Jack avait toujours les plus beaux cadeaux. Cependant, la jeune femme se montre de plus en plus distante depuis la mort de l’élu et le grand retour de Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom et il semblerait que son attitude attire quelques soupçons de la part de ses proches. Mais Jackson est de toute façon trop pris avec Poudlard pour remarquer quoique ce soit d’étrange au sein de son foyer.




Dernière édition par Jackson A. Prescott le Jeu 18 Juil - 15:35, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


ADMIN A LA FACE DE GNOCCHI (QUI AIME LES BOULES)6ème annéepréfète verte

ADMIN A LA FACE DE GNOCCHI (QUI AIME LES BOULES)
6ème année
préfète verte



◗ HIBOUX ENVOYÉS : 273
◗ CRÉDITS : © Shiya

MessageSujet: Re: JACKSON △ oh I just can't wait to be king ! Mar 25 Juin - 12:28

Bonchour petit padawan, et bienvenue sur FF \o/ 
Dooonc, juste pour te souhaiter la bienvenue et te dire que si tu as des questions tu peux les poser, on y répondra avec plaisir (en admettant qu'on ait la réponse, évidemment mrgreen). 
Bon courage pour finir ta fiche de sexy boy chou

_________________

Pride & Prejudice
Where there is desire there is gonna be a flame. Where there is a flame someone's bound to get burned. But just because it burns doesn't mean you're gonna die. You've gotta get up, and try.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


ADMIN PSYCHOTIQUE EN VOIE DE GUÉRISONCinquième AnnéePompom Bleu

ADMIN PSYCHOTIQUE EN VOIE DE GUÉRISON
Cinquième Année
Pompom Bleu



◗ HIBOUX ENVOYÉS : 252
◗ CRÉDITS : (avatar) wild heart ; (gifs) tumblr & wild heart ; (code) love.disaster

MessageSujet: Re: JACKSON △ oh I just can't wait to be king ! Mar 25 Juin - 13:49

Gnaaa, quel début de fiche super prometteur ! gnaa
Je t'adore déjà, alors je te souhaite bien évidemment une bonne continuation.
Bref, bienvenuuuuue, j'espère que tu te plairas parmi nous ♥

_________________

ZEPPELIN JUDE HEMINGWAY
but innocence is gone and what was right is wrong ; i'm bleeding out if the last thing that i do is bring it down i'll bleed out for you ; so i bare my skin and i count my sins and i close my eyes and i take it in i'm bleeding out i'm bleeding out for you ● bleeding out - imagine dragons
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


◗ HIBOUX ENVOYÉS : 14

MessageSujet: Re: JACKSON △ oh I just can't wait to be king ! Dim 30 Juin - 15:41

chico coeur ce mec là, jlobez
bonne chance pour ta fiche lovely
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Sixième AnnéeBatteur Rouge

Sixième Année
Batteur Rouge



◗ HIBOUX ENVOYÉS : 16
◗ CRÉDITS : Stormy Weather

MessageSujet: Re: JACKSON △ oh I just can't wait to be king ! Mer 17 Juil - 14:40

Fiouuu j'ai enfin fini ! Désolée pour ma lenteur, j'aime me faire désirer (a) même si vous ne me désiriez pas =>

Je suis bof bof satisfaite de l'histoire, je crois que 99% de ce que j'ai écrit ne sers à rien mais bon tant pis xD

_________________

    you've got the love
    SOMETIMES I FEEL LIKE THROWING MY HANDS UP THE AIR, BUT I KNOW I CAN COUNT ON YOU. SOMETIMES I FEEL LIKE SAYING "LORD, I JUST DON'T CARE!", BUT YOU GOT THE LOVE I NEED TO SEE ME THROUGH...
    code episkey.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


◗ HIBOUX ENVOYÉS : 6
◗ CRÉDITS : By me

MessageSujet: Re: JACKSON △ oh I just can't wait to be king ! Mer 17 Juil - 14:48

Welcome ! Fallait que je te le dise même si t'es arrivé avant moi Ho yeah j'vais lire ça ! ** ...Faudrait que je fasse la mienne now.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité


Invité




MessageSujet: Re: JACKSON △ oh I just can't wait to be king ! Mer 17 Juil - 15:09

Nickel, je vais faire passer le message à l'étage supérieur et quand on aura une décision sur plusieurs fiches, on reviendra vers toi :)
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Sixième AnnéeCapitaine des Verts ● Batteur

Sixième Année
Capitaine des Verts ● Batteur



◗ HIBOUX ENVOYÉS : 102
◗ CRÉDITS : me

MessageSujet: Re: JACKSON △ oh I just can't wait to be king ! Mer 17 Juil - 15:58

Bienvenue ! (futur repas mr red )

_________________

Quand la conscience s'éveille « Le seul moyen à la portée d'un individu désireux de vous aider est de s'attaquer à vos idées. Mais si vous êtes prêt à écouter et à vous remettre en question, il existe une chose que vous pouvez faire sans l'aide de personne : S'observer. .Anthony de Mello »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Sixième AnnéeBatteur Rouge

Sixième Année
Batteur Rouge



◗ HIBOUX ENVOYÉS : 16
◗ CRÉDITS : Stormy Weather

MessageSujet: Re: JACKSON △ oh I just can't wait to be king ! Mer 17 Juil - 21:07

Merciii mrgreen 

_________________

    you've got the love
    SOMETIMES I FEEL LIKE THROWING MY HANDS UP THE AIR, BUT I KNOW I CAN COUNT ON YOU. SOMETIMES I FEEL LIKE SAYING "LORD, I JUST DON'T CARE!", BUT YOU GOT THE LOVE I NEED TO SEE ME THROUGH...
    code episkey.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


MAÎTRE DU JEU

MAÎTRE DU JEU



◗ HIBOUX ENVOYÉS : 92
◗ CRÉDITS : Moriarty

MessageSujet: Re: JACKSON △ oh I just can't wait to be king ! Dim 21 Juil - 13:47




Félicitations !

Le staff est ravi de t'annoncer que tu es désormais validé, et que tu es réparti dans le groupe Gryffindor. C'est un super groupe, hein ? Tu es content, ça se voit ! Nous espérons que tu te plairas parmi nous, et que tu réussiras à t'approprier ton personnage et à t'éclater en RP.
Si tu as des questions ou que tu n'as pas bien saisi quelque chose, n'hésite pas à nous le demander ici même ou bien par MP, nous nous ferons un plaisir de te répondre au plus vite. Tu peux aussi aller faire un tour sur la Chat Box, si ce n'est pas déjà fait, on te fera un accueil du tonnerre, tu peux compter la dessus !


N'oublie surtout pas ...

Maintenant que tu es validé, n'oublie pas de :
recenser ton avatar, ta baguette et ton patronus dans les listes se trouvant ici. Si tu ne le fais pas, quelqu'un risquerait de te les piquer, alors tu es prévenu !
créer tes fiches de liens et de rps dans les forums appropriés. Si tu n'as pas de codes pour tes fiches, ne t'inquiète pas, nous t'en proposerons quelques uns.
demander les éventuels postes ou clubs que tu souhaiterais (ex : quidditch, poste de préfet, cheerleader, etc).
et surtout, n'oublie pas de passer nous faire un petit coucou sur la Chat Box, car on ne mord pas et on sera ravi de t'accueillir sur Felix Felicis comme il se doit !


_________________

nope (for the moment)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité


Invité




MessageSujet: Re: JACKSON △ oh I just can't wait to be king ! Dim 21 Juil - 13:49

Je te souhaite officiellement la bienvenue parmi nous Jackie Chan ! Vient prendre un lien quand tu veux :)
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Sixième AnnéeBatteur Rouge

Sixième Année
Batteur Rouge



◗ HIBOUX ENVOYÉS : 16
◗ CRÉDITS : Stormy Weather

MessageSujet: Re: JACKSON △ oh I just can't wait to be king ! Dim 21 Juil - 13:55

Haaan trop cool **
Merciii coeur 

_________________

    you've got the love
    SOMETIMES I FEEL LIKE THROWING MY HANDS UP THE AIR, BUT I KNOW I CAN COUNT ON YOU. SOMETIMES I FEEL LIKE SAYING "LORD, I JUST DON'T CARE!", BUT YOU GOT THE LOVE I NEED TO SEE ME THROUGH...
    code episkey.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Sixième Année Poursuiveuse Rouge

Sixième Année
Poursuiveuse Rouge



◗ HIBOUX ENVOYÉS : 251
◗ CRÉDITS : Bazzart.

MessageSujet: Re: JACKSON △ oh I just can't wait to be king ! Dim 21 Juil - 15:39

Bienvenue dans la meilleure des maisons Jackie <3 Avec le sexy Francisco **
Fuh faudrait que j'te demande un lien aussi '-'

_________________

I'm lost ∞


❝ When you smile, I smile.❞
© Freedom.thief
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Sixième AnnéePompom Jaune

Sixième Année
Pompom Jaune



◗ HIBOUX ENVOYÉS : 110
◗ CRÉDITS : Minie.

MessageSujet: Re: JACKSON △ oh I just can't wait to be king ! Dim 21 Juil - 16:00

Officiellement Bienvenue coeurcoeur

_________________

Everything is appearance, right ? However appearance is a curtain, behind which we can do whatever we want, but sometimes you have remove it. So, look into my eyes and see who I really am.. †
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


ADMIN PSYCHOTIQUE EN VOIE DE GUÉRISONCinquième AnnéePompom Bleu

ADMIN PSYCHOTIQUE EN VOIE DE GUÉRISON
Cinquième Année
Pompom Bleu



◗ HIBOUX ENVOYÉS : 252
◗ CRÉDITS : (avatar) wild heart ; (gifs) tumblr & wild heart ; (code) love.disaster

MessageSujet: Re: JACKSON △ oh I just can't wait to be king ! Dim 21 Juil - 16:07

Re-bienvenue, officiellement cette fois-ci !
Ta fiche est juste au top et Jack a l'air vraiment super intéressant, j'ai hâte de voir ce que tu nous réserves pour l'évolution en rp. Quoi qu'il en soit, j'espère que tu te plairas sur FF ♥

_________________

ZEPPELIN JUDE HEMINGWAY
but innocence is gone and what was right is wrong ; i'm bleeding out if the last thing that i do is bring it down i'll bleed out for you ; so i bare my skin and i count my sins and i close my eyes and i take it in i'm bleeding out i'm bleeding out for you ● bleeding out - imagine dragons
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Sixième Année S

Sixième Année S



◗ HIBOUX ENVOYÉS : 26
◗ CRÉDITS : Tumblr

MessageSujet: Re: JACKSON △ oh I just can't wait to be king ! Dim 21 Juil - 17:58

Bienvenue Jackinou calin8 

_________________


Slytherin Girl


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


ADMIN HYSTÉRIQUEMENT SADIQUEInfirmière

ADMIN HYSTÉRIQUEMENT SADIQUE
Infirmière



◗ HIBOUX ENVOYÉS : 161
◗ CRÉDITS : (c)Luly

MessageSujet: Re: JACKSON △ oh I just can't wait to be king ! Dim 21 Juil - 18:07

jeveuxmonlien. /mur/

_________________

Je parle en indianred.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Sixième AnnéeCapitaine des Verts ● Batteur

Sixième Année
Capitaine des Verts ● Batteur



◗ HIBOUX ENVOYÉS : 102
◗ CRÉDITS : me

MessageSujet: Re: JACKSON △ oh I just can't wait to be king ! Dim 21 Juil - 18:52

Sûr je te demande un rp tendre lionceau !

_________________

Quand la conscience s'éveille « Le seul moyen à la portée d'un individu désireux de vous aider est de s'attaquer à vos idées. Mais si vous êtes prêt à écouter et à vous remettre en question, il existe une chose que vous pouvez faire sans l'aide de personne : S'observer. .Anthony de Mello »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Sixième AnnéeBatteur Rouge

Sixième Année
Batteur Rouge



◗ HIBOUX ENVOYÉS : 16
◗ CRÉDITS : Stormy Weather

MessageSujet: Re: JACKSON △ oh I just can't wait to be king ! Dim 21 Juil - 20:53

Merciii <3
hiha 

_________________

    you've got the love
    SOMETIMES I FEEL LIKE THROWING MY HANDS UP THE AIR, BUT I KNOW I CAN COUNT ON YOU. SOMETIMES I FEEL LIKE SAYING "LORD, I JUST DON'T CARE!", BUT YOU GOT THE LOVE I NEED TO SEE ME THROUGH...
    code episkey.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: JACKSON △ oh I just can't wait to be king !

Revenir en haut Aller en bas

JACKSON △ oh I just can't wait to be king !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felix Felicis :: AVANT DE COMMENCER :: Cérémonie de Répartition :: Fiches validées-