Partagez|

Emma •• il n'y a pas de génie sans grain de folie. {underco}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


◗ HIBOUX ENVOYÉS : 5
◗ CRÉDITS : (c) shiya

MessageSujet: Emma •• il n'y a pas de génie sans grain de folie. {underco} Jeu 4 Juil - 16:24

Emmanuelle "Emma" Gillian Carmichael
28 ans - Professeur de potions.
Natalia Vodianova - Hell's angels
Hé, salut toi ! Comment ça, tu sais pas qui je suis ? Je m'appelle
Emmanuelle
, mais généralement, on me surnomme
Emma ou Manue
. Je suis né(e) le
02 décembre 1972
, et si tu sais compter, tu pourras en déduire que j'ai
28 ans
. Je suis originaire de
Liverpool
et je suis donc
britannique
, logique. Question cœur, je suis
hétérosexuelle
et
divorcée
, même si ça ne te regarde pas tant que ça (à moins que tu ne veuilles m'inviter à prendre un thé chez Madame Pieddodu ? Hum, attends... T'as vraiment cru que j'allais dire oui ?) Bref. Mon sang est
de bourbe
, et je dois avouer que
je m'en fiche, ce n'est pas ça qui fera de moi une sorcière pire qu'une autre
. En tous cas, il parait que ce n'est pas le genre d'info qui influe le Choixpeau. De toute façon, ça a beau être un bout de tissu rapiécé, je suis certain(e) qu'il sait que je suis fait(e) pour
Serdaigle ou Gryffondor, bien que maintenant je sois prof de potions
. Ouais, je sais, c'est la classe ! Hogwarts gère, en même temps, malgré Dumby qui passe pour un fou furieux avec ses Hogwarts Games. A ce propos, je trouve
il commence certes à vieillir, mais il doit savoir ce qu'il fait, enfin j'espère. Vous savez, à l'époque, il n'a pas hésité à sacrifier Potter pour vaincre Voldemort alors qu'il savait pertinemment qu'il allait mourir lors de l'affrontement, alors plus rien ne m'étonne.
. Mais ce n'est que mon avis. Tant que personne ne fait de mal à
Storm
, ça me va, de toute manière. Et sinon, tu es vraiment certain que tu n'as jamais entendu parler de moi ?
Le Choixpeau est un sale curieux
Hé, salut toi ! Encore un nouveau sorcier, je commence à me sentir seul dans ma confrérie des chapeaux parlants, moi... Mais au moins, je n'ai pas besoin d'outils particuliers, alors qu'un sorcier sans sa baguette, il est carrément mal parti. Je suis sûr que t'en as une, alors fais pas ton petit cachottier, dis-moi comment elle est !

Ma baguette à moi est faite de cornouiller et ces baguettes sont paraît-il capricieuses et espiègles. Je suis moi-même une gaffeuse hors-pair, maladroite comme pas deux, un véritable danger public de surcroît, et on pourrait vraiment croire que ma baguette s'amuse des situations foireuses dans lesquelles je me mets car avec elle, j'ai toujours réussi à m'en tirer à bon compte. Cette baguette a également dû sentir que j'étais intelligente et ingénieuse car j'ai parfois été bluffée par la puissance des sortilèges qu'elle peut jeter. Cela dit, ce n'était pas non plus un cadeau, je n'ai jamais été fichue de jeter un sortilège informulé. Assez parlé de son bois. Je vais maintenant vous parler de son coeur. Elle est faite d'un ventricule de coeur de dragon. Cet ingrédient a ainsi fait en sorte que la baguette jette des sorts aussi flamboyants que sa propriétaire. En effet, ma baguette tout comme moi avons en commun d'avoir notre petit caractère...Elle a aussi un petit côté fantasque, prompt à provoquer quelques catastrophes...heureusement, c'était en sortilèges que j'étais nulle, pas en potions. Enfin, elle mesure très exactement vingt-deux centimètres et cette baguette farceuse était prédestinée pour les sortilèges, justement. Ah oui? Cela reste encore à prouver...

En fait, je viens de me rendre compte que je m'en fiche complètement. Parlons d'un truc plus intéressant... On a tous nos odeurs préférées. Moi, c'est celle du parchemin neuf déroulé chaque année, de la poussière de mon étagère dans le bureau de Dumbledore, et de la lasure de mon tabouret. Hé, ne te moque pas ! Tu crois vraiment que ton Amortentia est meilleur que le mien ? J'en doute, mais dis toujours.

L'amortentia sent plusieurs choses pour moi. D'abord, l'odeur de la tarte aux pommes qui est en train de cuire dans le four, ça me rappelle les gâteaux que faisait ma maman quand j'étais petite. Ensuite, il y a l'odeur des livres neufs, que personne n'a encore ouvert. A l'époque où j'étais encore étudiante, j'étais tellement contente à l'idée de rentrer chez moi pour lire le tout nouveau livre que je venais d'acheter chez le libraire. Cette odeur promettait de très belles histoires. Et à présent que je les écris moi-même ces romans, cette odeur était la promesse d'un certain succès...mais j'aime toujours autant lire, il faut pas croire. Enfin, la troisième odeur qui s'en détache est celle de mon ex-mari. Pourquoi? La question ne se pose même pas. Cet homme, j'en étais folle dingue, et j'aurais tout fait par amour pour lui. A un point tel que je l'ai épousé alors que je sortais à peine de Poudlard...le truc le plus dingue que j'ai fait de toute ma vie. Encore maintenant, cette odeur évoque de doux souvenirs...la plus belle période de ma vie, incontestablement, mais aussi la plus douloureuse.


Mouais, je suis pas convaincu. Bon, continuons. Quel est ton épouvantard, mon petit ? N'essaie même pas de me faire croire que tu n'as peur de rien, même moi je suis effrayé par un truc ! Si je te le dis, tu réponds à ma question, d'accord, donnant-donnant ? Bon. Moi, j'ai horreur des poux. En tant que chapeau, tu comprends bien que voilà, quoi. Allez, à ton tour, maintenant :

Plus que tout autre chose, j'ai peur de la solitude, du néant. D'être seule, abandonnée de tous, ignorée par ceux qui me tiennent le plus à coeur. Cette peur, je la nourris depuis que je suis toute petite, alors que j'ai parfois souffert de la présence d'un père, j'ai longtemps craint qu'il arrive quelque chose à ma mère, qui s'est occupée toute seule de moi. Mon épouvantard prendra donc son apparence. Ma mère, morte. Elle a été pendant longtemps mon seul pilier et elle l'est encore à présent que mon mari est parti. Si elle venait à disparaître du jour au lendemain, je ne sais pas du tout ce que je deviendrais. Oui, j'ai bientôt trente ans, je suis censée être une grande fille, mais j'ai quand même encore besoin de ma mère. Je suis même revenue habiter chez elle, ne supportant plus de rester seule à me morfondre, non pas parce que j'avais le syndrome Tanguy - quoique - mais surtout parce qu'on avait besoin l'une de l'autre, tout simplement.


J'avoue que maintenant que tu le dis, je suis pas super rassuré. Mais courage, en plus j'en ai bientôt fini avec mes questions. Je sais que le Patronus est un sortilège super compliqué, mais j'imagine que tu sais plus ou moins la forme que le tien prend, ou prendra, non ?

Bonne question. En fait, c'est assez...embarrassant. Vous savez que les sortilèges et moi ça fait deux, mh? Hormis mon talent pour les potions, j'étais une bien piètre sorcière dans l'ensemble. Les sortilèges tout comme la métamorphose ne m'ont jamais réussi, de même que le cours de défense contre les forces du mal qui eux étaient assez désastreux dans leur genre. Non, je n'ai pas dit que je ne savais pas produire de patronus, le mien n'est tout simplement pas corporel, pourtant, ce n'est pas faute d'avoir essayé. J'avais des souvenirs heureux en stock, c'était indéniable, mais j'étais bien trop distraite et surtout bien trop maladroite pour produire un patronus digne de ce nom. Ajoutez en plus de cela une baguette farceuse qui s'amusait à me jouer des vilains tours et voilà le résultat.


Et pour finir, tu dirais que tu es plutôt...
POUR COCHER UNE CASE, IL SUFFIT DE REMPLACER "unchecked" PAR "checked"

Harpies de Holyhead
Bièraubeurre
Licorne
Échecs (version sorcier)
Chocogrenouilles
Les Trois Balais
Dumby
Poudre de Cheminette
La Gazette du Sorcier
Mimi Geignarde


Canons de Chudley
Whisky Pur Feu
Hippogriffe
Quidditch
Dragées Surprises de Bertie Crochue
Chez Madame Pieddodu
Voldy
Transplanage
Le Chicaneur
Peeves

Et sinon, toi, ça va ?
Alors comme ça, tu veux en savoir plus sur moi IRL ? Tu serais pas du genre un peu trop curieux, par hasard ? Enfin bref, moi c'est
styxx (audrey)
, je suis
une meuf
, et j'ai
23 ans
. Ça te fait une belle jambe, de savoir ça, hein ? Bon, continuons. Si j'ai connu ce forum absolument merveilleux à l'ambiance indescriptiblement géniallissime (ou comment les admins se jettent des fleurs grâce à un questionnaire *pastaper*), c'est grâce à
certaines personnes qui se trouvent ici, je suis une pièce rapportée
, et d'ailleurs je pense qu'il est
pire cool, sinon je ne m'y serais pas inscrite
. Et vu qu'on se débarrasse pas de moi aussi facilement, tu devras me supporter
7 jours sur 7, le week-end et les jours fériés, mais pour le RP ce sera beaucoup plus sporadique.
. Voilà, je pense que maintenant, tu en sais suffisamment sur moi. Quoique, non, attends ! J'allais oublier :
[validé par la choute fausse-rousse ♥] non mais allô quoi! *fuit très loiiiin*
. Maintenant, c'est bon. Allez, file, ou McGonagall va râler parce que tu traînes encore dans les couloirs !


Dernière édition par Emma G. Carmichael le Jeu 4 Juil - 20:48, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


◗ HIBOUX ENVOYÉS : 5
◗ CRÉDITS : (c) shiya

MessageSujet: Re: Emma •• il n'y a pas de génie sans grain de folie. {underco} Jeu 4 Juil - 16:25

Le Chevalier du Catogan
raconte sa vie trépidante
Oyez oyez ! Je suis le Chevalier du Catogan, et sans me vanter, je suis probablement le tableau le plus réussi de tout Hogwarts, et ce n'est pas peu dire. Quand même, admire ces beaux coups de peinture ! Je suis sûr que tu est vert(e) de jalousie ! Il faut dire que toi... Ton miroir doit prendre peur, parfois, non ? Je rigole, cher(e) ami(e), je rigole. (Ou pas, haha !)

Décrivez en 5 lignes minimum votre physique, en n'oubliant pas de préciser non seulement les qualités, mais également les défauts (parce qu'on en a tous, même ce fichu Chevalier du Catogan ! -même si lui ne l'avouera jamais-), en restant bien entendu cohérent(e) avec la célébrité choisie en avatar.


Bon, d'accord, tu es presque aussi canon que moi. Et sinon, avant de te quitter pour de nouvelles aventures, es-tu aussi facile à vivre, courageux(se) et modeste que moi, que je revienne te voir en temps en temps ? Ou tu es aussi insupportable que la Grosse Dame qui passe son temps à piailler sur ses airs d'opéra ? Je blague, ne t'en fais pas. Personne ne peut rivaliser avec la Grosse Dame...


pétillante ♣ joueuse ♣ maladroite ♣ rêveuse ♣ irrationnelle ♣ ardente ♣ capricieuse ♣ caractérielle ♣ malicieuse ♣ distraite ♣ studieuse ♣ intrépide ♣ pleurnicheuse ♣ manque de confiance en soi ♣ audacieuse ♣ sarcastique ♣ rigole pour tout et n'importe quoi ♣ ne tient pas l'alcool ♣ groupie ♣ coeur d'artichaut ♣ gaffeuse ♣ fidèle ♣ fervente supporter de Quidditch ♣ timide ♣ sympathique ♣ juste ♣ maternelle ♣ curieuse ♣ décalée ♣ excentrique ♣ fière ♣ revancharde ♣ effrontée ♣ espiègle ♣ passionnée ♣ compatissante ♣ fine psychologue ♣ un peu naïve ♣ rigoureuse ♣ casanière ♣ en manque d'affection.

uc.

C'est l'histoire de la viiiie,
le cycle éteeernel !

ANECDOTE 001. «Maman ? » appela la petite Emma, d'une voix légèrement tendue. « Maman ? » Toujours pas de réponse. Emma angoissait. Elle n'aimait pas beaucoup les nuits d'orage, elle trouvait cela terrifiant. Or, ce soir, les éléments semblaient s'être déchaînés, à un point tel que la petite maison dans laquelle Emma Carmichael vivait avec sa mère était plongée dans l'obscurité. La petite s'agrippa à la rambarde de l'escalier pour ne pas tomber en descendant les marches. L'escalier avait beau ne pas être bien grand, Gillian, que tout le monde appelait Gigi lui avait toujours recommandé la plus grande prudence. « Maman ? » appela à nouveau Emma, tandis qu'une boule de panique venait lui obstruer la gorge, l'empêchant de respirer correctement. « Dans la cuisine. » répondit sa mère d'une voix étouffée. Il n'en fallut pas plus à la fillette pour accourir dans la cuisine. Elle trouva sa mère à quatre pattes, en train de chercher quelque chose dans l'obscurité. Sa lampe de poche posée à même le sol éclairait mal l'endroit, et à force de tâtonner n'importe où, la lumière n'éclairait de toute façon plus dans la bonne direction. « Il fait noir. » chuchota la fillette, qui n'osait pas entrer dans la cuisine, pétrifiée par ce spectacle. « Les plombs ont sauté. » l'informa Gillian, toujours dans ce même râle inquiétant. « Je vais aller les remettre. » décida Emma d'une voix tremblante, tentant tant bien que mal de dissimuler la panique qui menaçait de l'engloutir toute entière. « Non chérie, laisse-moi m'en occuper. Je n'ai pas envie que tu t'électrocutes. Prends plutôt la lampe de poche et éclaire par-ici, j'ai fait tomber mes cachets. » Emma soupira et s'approcha de la table. Elle se baissa pour ramasser la lampe-torche, et prit sa mère par un bras pour l'aider à se relever. « Laisse tomber pour ceux-là, prends en d'autres. On le retrouvera plus tard. » Quelques craquements de plaquettes plus tard et Emma tenait dans le creux de sa main trois cachets, qu'elle tendit à sa mère avec un verre d'eau. Mme Carmichael s'assit péniblement sur la chaise de la cuisine. « Mon cœur. » se plaignit-elle, en portant une main mourante à son myocarde affolé. « Reste tranquille. » ordonna Emma d'une voix qui se voulait ferme. « Tu sais bien que tu ne peux pas te permettre de trop bouger. » Gillian avala les cachets un par un, les faisant passer avec une gorgée d'eau. « Je ne voulais pas te réveiller, pas pour ça. » Emma hocha lentement la tête. « Je ne dormais pas. » Gillian la détailla de son sempiternel regard larmoyant. « Ah non maman, ne me regarde pas comme ça. » protesta Emma, agacée. « Reprends-toi ! » La fillette passa un châle sur les épaules de sa mère pour pas qu'elle n'attrape froid. « Retourne te coucher. » Emma toisa sa mère quelques instants. « Comme tu voudras. » D'un pas las, Emma s'en retourna dans sa chambre, la mort dans l'âme. Une fois qu'elle fut entrée, Emma referma la porte et s'y adossa tout en soupirant. Elle cligna légèrement des yeux, avant de s'installer à la coiffeuse. Elle ouvrit le tiroir et à tâtons, elle rechercha une boîte d'allumettes. Elle en fit craquer une, avant d'allumer le photophore qu'elle avait laissé juste à côté du grand miroir. La lumière jaillit, baignant la pièce dans une douce lueur ambrée. Emma se prit la tête entre les mains, puis elle entreprit de se coiffer. Cela ne la calma pas pour autant. Gillian était ainsi. Elle prétendait toujours ne pas avoir d'aide, et elle s'arrangeait toujours pour faire culpabiliser la jeune Emma. Emma ne supportait plus ses regards de chien battu, de la même façon qu'elle n'en pouvait plus de l'entendre se plaindre à longueur de journée. Emma savait bien que sa mère était malade – elle souffrait d'une grave insuffisance cardiaque qui faisait qu'elle était obligée de se gaver de cachets pour stabiliser son état – mais tout de même, Emma était triste que personne ne la conduise à la petite école primaire où elle allait, ou que personne ne lui préparait son goûter lorsqu'elle rentrait à quatre heures. Le pire, c'était sans doute qu'elle n'osait pas se plaindre. Déjà lasse de se trouver là, Emma souffla la bougie. Elle se retrouva à nouveau plongée dans l'obscurité.

x

ANECDOTE 002. Il commençait à faire froid dehors. Pour couronner le tout, il se mit à pleuvoir. Novembre touchait à sa fin, de même que sa journée d'école. Pourtant, ce soir-là, personne ne vint la chercher. Elle attendait toute seule dans la rue de son école primaire, regardant un à un les enfants partir avec leurs parents. C'était cruel de se dire que sa mère l'avait oubliée, qu'elle n'en avait rien à faire. Plus encore, elle supportait mal les regards emplis de compassion des derniers parents qui attendaient. Emma ne s'en formalisait plus, depuis le temps. Elle avait appris à faire sans. On l'oubliait souvent à l'école. Depuis que sa mère était malade, il n'y avait plus personne pour venir l'y chercher. Alors, Emma attendait, parfois longtemps. Jusqu'à ce que le concierge s'approche pour fermer les grilles de la cour. Emma attendait toujours. Elle avait les cheveux mouillés et elle tremblait jusqu'aux os. « Tes parents ne sont toujours pas là ? » demanda l'homme en s'approchant d'elle. Emma cligna des yeux. Non, il n'y avait personne pour la raccompagner ce soir là. On l'avait laissée tomber. « Ma mère a dû m'oublier. » soupira-t-elle à contrecoeur. Emma ne savait pas tellement si elle avait le droit de parler. D'ici à ce que les services sociaux débarquent chez elle, notent l'incompétence de sa mère dans son rôle de parents, et décident de la placer en famille d'accueil...non, ça tuerait la pauvre femme, au sens littéral. Gillian n'y survivrait pas. Aussi Emma s'empressa-t-elle de rajouter. «  Ma mère est malade. Alors elle ne peut pas souvent se déplacer. Et mon père...je n'ai pas de père. » Enfin, si, techniquement elle en avait un, mais Emma ne l'avait jamais connu, elle ne savait pas à quoi il ressemblait, et il n'y avait pas de photo de lui à la maison. Et Gillian disait tellement de choses affreuses sur lui lorsqu'Emma se risquait à lui poser la question...Emma ne pouvait pas s'imaginer qu'il puisse être ainsi, aussi odieux, aussi cruel. Emma espérait qu'un jour elle pourrait rencontrer son père. Lui parler. « Qui je peux appeler pour qu'on vienne te chercher, alors ? » demanda le concierge à la fillette. Emma réfléchit quelques instants. « La voisine...C'est toujours la voisine qui s'occupe de moi quand Maman ne peut pas. » L'homme acquiesça, puis il fit signe à Emma de le suivre. Ils passèrent par la porte de derrière et ils allèrent jusqu'à son bureau. Une fois qu'ils y furent, le concierge invita Emma à s'asseoir sur la chaise puis Alan – c'était son nom – s'empara du téléphone. Il fit tourner plusieurs fois le cadran avec les numéros, puis il attendit qu'on décroche enfin. « Mrs Fiona Smith ? Ici Alan Klein, le concierge de l'école. J'appelle au sujet d'Emmanuelle Carmichael. Sa mère n'est pas venue la chercher ce soir, est-ce que vous pourriez...oui, très bien. Merci pour elle. À tout de suite. » Puis, Alan raccrocha. Il se tourna alors vers la gamine, qui ouvrit de grands yeux écarquillés. « Comme quoi il suffit parfois d'un coup de fil pour régler tous les problèmes. » De toute évidence, il s'autocongratulait. Emma se risqua à esquisser un mince sourire en guise de remerciement. Elle ne dit rien de plus. Déjà, elle avait dit plus qu'il n'en fallait.

x

ANECDOTE 003. Les services sociaux ont été appelés. Ils avaient emmené Emma pour la placer dans une famille d'accueil. Gillian était trop malade pour pouvoir s'occuper de sa fille correctement. L'assistante sociale avait interrogé Emma pendant de longues heures. La fillette ne parlait pas trop au début, réticente à dire quoi que ce soit susceptible de porter préjudice à sa mère, mais elle avait fini par parler. Elle parla de son père qu'elle ne connaissait pas, de la voisine qui venait souvent s'occuper d'elle en lieu et place de sa propre mère qui passait son temps à se plaindre. Emma disait aussi qu'elle devait s'occuper de sa mère, de lui donner des cachets, de faire la vaisselle et la cuisine, enfin, jusqu'à ce que la voisine pique une crise et dise que c'était inconscient de laisser une gamine s'approcher d'une gazinière ou d'un four. Par la suite, c'était Fiona qui venait faire la cuisine midi et soir. Les services sociaux ont déclaré Gillian inapte à s'occuper d'une fillette de huit ans et Emma a été placée en famille d'accueil, le temps que Gillian se soigne et reprenne du poil de la bête. Cela fit bizarre à Emma de voir des gens qui s'occupaient d'elle et qui venaient la chercher à l'heure à l'école. Le couple qui l'avait recueillie avait un petit garçon, prénommé Louis, qui était un peu plus vieux qu'elle. Louis et Emma s'entendaient comme larrons en foire. Petit à petit, Emma apprit à le considérer comme son frère, bien qu'ils n'étaient pas du même sang. Cet après-midi là, Emma et Louis étaient en train de jouer dans le jardin. Tout du moins, Louis était en train d'apprendre à Emma à monter à vélo, ce qui n'était pas gagné vu la maladresse chronique de la petite fille. « Oh, ça va trop vite ! » se plaignit Emma, qui avait du mal à se stabiliser sur l'engin. « Tu es sûr que je ne vais pas tomber ? » Louis rigola devant l'air inquiet de sa nouvelle sœur, puis il lui tapota vigoureusement le dos. « Mais non ! Les gens qui montent à vélo font comment, à ton avis ? En selle ! Je te jure qu'il ne t'arrivera rien ! » Emma n'était toujours pas convaincue. Elle était montée sur le vélo, autant que ses petites jambes le lui permettaient, mais elle avait toujours les deux pieds arrimés au sol et elle refusait de se mettre à pédaler pour avancer. « Il faut que tu te décides, Emma ! » la houspilla Louis, alors qu'Emma marmonnait des paroles inintelligibles dans sa barbe inexistante. « Tu sais, la gravité fait très bien les choses ! » Emma tourna alors la tête vers Louis et le foudroya du regard. «J'emmerde la gravité. » lança-t-elle avec aigreur, tandis que Louis se bidonnait de son côté. Le sale traître ! Heureusement pour Emma, cette dernière avait l'esprit de compétition et elle était bien décidée à montrer qu'elle était capable d'y arriver. Aussi posa-t-elle un premier pied sur les pédales, puis l'autre, et elle commença à pédaler rageusement, emportée par la rage de venir à bout de ce problème épineux. Elle agissait sur un coup de sang, comme elle en avait si souvent l'habitude. « Emma, attention ! » s'écria Louis, mais c'était trop tard, Emma ne vit pas le gigantesque pot de fleurs en terre cuite qui se trouvait en bout de terrasse. Emma le heurta de plein fouet. Le pot de fleurs se fendit de part en part et Emma fit un magnifique vol plané sur la pierre, s'écorchant joliment mains, coudes et genoux au passage. Louis ne put que constater les dégâts. « Maman va me tuer. » gémissait-il en se prenant la tête entre les mains. « Elle n'en saura rien. » grogna Emma tout en essayant de se relever. Louis se précipita à côté de la petite blonde pour l'aider. Emma ne pleurait même pas, mais elle souffrait le martyr et le sang coulait de ses plaies. « oh mon dieu ! » s'écria-t-elle d'une voix hystérique, pâlissant brusquement. « Je vais... » Elle ne finit pas sa phrase. Emma venait de tourner de l'oeil, ne supportant pas la vue du sang. Louis, paniqué, décida d'appeler les parents. Ce qu'il ne vit pas en rentrant dans la maison, c'est que le pot de fleurs était intact, et que la terre était à nouveau à sa place, là où elle devrait être et non pas répandue sur la terrasse.

x

ANECDOTE 004.« Emma, il y a du courrier pour toi. » appela Fiona, qui tenait entre ses mains aux doigts vernis d'un rouge vif une lettre à l'aspect parcheminé, scellé avec un cachet de cire. Curieuse, la gamine de onze ans s'en empara. « C'est sûrement une carte d'anniversaire. » s'enthousiasma la petite fille, qui ne remarqua même pas le motif qui ornait le sceau, qui représentait un H entouré de quatre animaux : un blaireau, un aigle, un lion et un serpent. Elle était tellement impatiente de découvrir ce qu'il y avait à l'intérieur qu'elle ne remarqua pas non plus que son nom et son adresse avait été écrite en encre violette, et que la lettre avait un aspect pour le moins...inhabituel. « Fiona, ça vient de qui ? » marmonna Emma entre ses dents tandis qu'elle coinçait l'enveloppe sous son bras pour pouvoir lire la lettre qu'elle contenait. « Je ne sais pas chérie. » répondit Fiona d'un air préoccupé. « C'est une chouette qui l'a apportée. C'est étrange, elle est déjà repartie. » Emma n'écoutait déjà plus. Notre sorcière était en train de lire la missive, tout en fronçant les sourcils d'un air perplexe. « Tu sais ce que c'est Poudlard ? » interrogea finalement la blondinette, tout en brandissant les feuilles de parchemin comme un chasse-mouches. « ça vient de Poudlard, école de sorcellerie. Ils disent que j'y suis inscrite depuis ma naissance et...OH MON DIEU ! » La gamine venait de pousser un hurlement strident, sa fébrilité augmentant crescendo. « Fiona, je suis une sorcière, une vraie sorcière ! » Louis, qui était en train de mâchonner distraitement sa tartine beurrée jusqu'alors se mit à ricaner. « Vade retro satanas. » Il brandit alors ses deux index et les croisa afin de mimer un crucifix. Emma se mit à grimacer. « Ouh, j'ai peur. » se moqua-t-elle. « Fais gaffe à toi, maintenant que je suis une vraie sorcière je peux te botter les fesses. Si tu te retrouves avec une poussée soudaine de boutons il ne faut pas t'étonner. » Louis ricana encore. « J'ai déjà des boutons, je ne suis plus à ça près. » Emma lui adressa un sourire sadique. « C'est noté, je ferai alors apparaître des pustules alors, des pustules bien verdâtres dégoulinant de pus puant... » Elle arborait désormais un air rêveur, s'imaginant quel genre de tours Emma pourrait jouer à son frère. Cette fois, Louis fit la grimace et retourna à son petit-déjeuner. « Non merci. » râla-t-il, vexé de s'être fait avoir. Emma afficha alors un sourire triomphant. « ça suffit ! » s'écria Fiona, coupant court à leurs chamailleries. « Emma, que disent-ils dans cette lettre ? » Emma reprit alors sa lecture, imperturbable. « Ils disent que je dois me présenter à la gare de King's Cross à onze heures précises le premier septembre, et que je dois acheter mes fournitures scolaires sur le Chemin de Traverse. » Emma se mit alors à lire la liste demandée. À mesure qu'Emma énumérait le matériel dont elle allait avoir besoin, Fiona se mit à pâlir brutalement. « Donne-moi ça. » dit-elle, sèchement, en tendant la main, faisant tinter ses bracelets. « Mais Fiona... » protesta Emma. « Il n'y a pas de mais Emma, donne-moi ça. » Tout en bougonnant, Emma donna à Fiona la lettre. « Et sans râler, s'il te plaît ! » Alors, Fiona emporta sa précieuse lettre et ils n'en parlèrent plus. Emma fut déçue par l'attitude de sa tutrice. Elle qui se faisait tellement une joie d'aller dans cette école pour apprendre à jeter des sorts et faire des potions, voilà qu'elle était déçue de ne pas pouvoir y aller.

x

ANECDOTE 005. Emma avait finalement pu aller à Poudlard. Elle était à présent en cinquième année et elle préparait ses BUSE. Se sachant très médiocre en pratique, Emma travaillait d'arrache-pied pour réussir ses examens, mais les résultats obtenu n'étaient pas toujours à la hauteur de ses efforts. Ce n'était pas non plus de sa faute si sa fichue baguette ne fonctionnait pas correctement. Parfois, Emma se demandait si Mr Ollivander avait bien fait de lui donner celle-là. Soi-disant que c'était la baguette qui choisissait son sorcier et pas l'inverse...Quoiqu'il en soit, Emma et Théa, sa meilleure amie avaient décidé de s'accorder une pause bien méritée. Les deux sorcières se promenaient le long du terrain de Quidditch. Elles regardaient les autres élèves s'entraîner. Théa faisait quelques commentaires de temps à autres, et Emma se contentait d'acquiescer d'un hochement de tête. En fait, Emma n'avait rien dit depuis plusieurs minutes. Elle était en train d'observer quelque chose, au loin et elle était complètement absorbée par sa contemplation. « Qu'est-ce que tu es en train de regarder comme ça ? » s'esclaffa Théa, se moquant de l'expression complètement ahurie de son amie. Emma revint brutalement à la réalité et fustigea sa camarade du regard. « Rien qui t'intéresse. » répliqua-t-elle d'un ton bourru, avant de se désintéresser de la brune et de retourner à son observation. Théa allongea le cou et remarqua qu'Emma était en train de fixer un garçon brun depuis tout à l'heure. Théa afficha un sourire carnassier. « Il te plaît ? » Emma regarda Théa de travers. « Je ne vois pas de quoi tu parles. » Théa s'esclaffa. « Prise en flagrant délit de matage intensif, Emma Gillian Carmichael. » Puis, elle reprit avec un peu plus de sérieux. « Sérieusement, tu as bon goût. Mais il paraît que Connor Wilson est inaccessible. » Emma hocha la tête. Elle avait le chic pour tomber amoureuse de garçons qui ne savaient même pas qu'elle existait. Théa hocha à son tour la tête. « Enfin, il paraît aussi que Wilson n'a personne en vue en ce moment, je pense que tu as tes chances. » Puis, avant qu'Emma eut le temps de faire quoi que ce soit pour la retenir, Théa s'était levée et elle s'était rapprochée du bord des tribunes. Elle glissa deux doigts dans sa bouche et siffla. « Hé, Wilson ! » héla-t-elle, alors qu'Emma était en train de se pétrifier sur place. « Fais pas ça. » siffla la jeune Carmichael, furieuse. « Un jour, tu me remercieras. » gloussa Théa avant se tourner vers Connor, qui étaient arrivé vers elle en quelques foulées. « Jolie passe, Wilson. » complimenta Théa en souriant de toutes ses dents, avant de passer ses bras autour des épaules d'Emma. « Emma aimerait beaucoup apprendre à jouer au Quidditch, tu voudrais bien lui donner quelques leçons ? » C'est alors que Connor sembla remarquer Emma, qui était cramoisie et qui tentait tant bien que mal de s'éloigner de Théa avant d'abandonner la partie. Elle marmonna quelque chose qui ressemblait à j'aime pas le Quidditch mais Théa lui pinça les côtes pour la faire taire. « Elle ne sait plus ce qu'elle dit, en fait, elle adore le Quidditch, mais elle est timide alors elle n'ose pas demander. Heureusement que sa super copine est là pour arranger les choses. » Théa adressa alors un clin d'oeil à Connor tandis qu'Emma se ratatinait sur place. En fait, elle aurait voulu se réfugier dans un trou de souris tant elle avait honte. Au lieu de l'aider, Théa était en train de la ridiculiser. Emma n'osa même pas regarder Connor, qui devait d'ailleurs la prendre pour une abrutie. Tout occupée qu'elle était à fixer ses pieds, Emma ne remarqua pas que Connor lui lançait une oeillade de temps à autres, une lueur amusée dansant au fond de ses yeux bleus. « C'est d'accord. » finit-il par dire, ouvrant la bouche pour la première fois depuis le début du monologue de Théa. « Terrain de Quidditch, demain, dix-neuf heures. » Puis il s'en alla, plantant les deux filles là, non sans jeter un dernier regard amusé à Emma. Une fois qu'il se fut éloigné, Théa poussa un gloussement suraigu. « Théa Victoire Morrisson, je vais te tuer ! » vociféra finalement Emma une fois qu'elle eut repris ses esprits. « Ce n'est pas pour rien que je m'appelle Victoire. » gloussa Théa en se tenant les côtes. « Plutôt que de me fustiger, tu devrais plutôt me remercier. » la rabroua la brune, toujours hilare. « c'est bel et bien un rencard que je viens de t'arranger, avec le beau Connor Wilson. Tu aurais vu comment il te regardait, il a clairement flashé sur toi. Tu lui as tapé dans l'oeil, ma petite. » Emma ne décolérait pas. « M'en fous, je n'irai pas. Puis quand même, j'ai une tête à jouer au Quidditch, moi, tu penses ? Alors que je suis une catastrophe ambulante ? Tout ce que je vais faire, c'est de me ridiculiser encore plus !» Théa tapota doucement sur l'épaule d'Emma. La traîtresse rayonnait. « Au contraire, je pense que tu vas le faire craquer. » affirma-t-elle avec conviction. « Les hommes aiment bien les filles maladroites. Ils ont tendance à trouver ça mignon. » Emma se mit alors à marmonner un chapelet de jurons, promettant d'écorcher Théa vive dès qu'elle le pourrait. « Un jour, tu me remercieras ! » soutint Théa avec un grand sourire. Elle ne croyait pas si bien dire.

x

ANECDOTE 006. uc.

x

ANECDOTE 007. uc.

x

ANECDOTE 008. uc.

x

ANECDOTE 009. uc.

x

ANECDOTE 010. uc.


Dernière édition par Emma G. Carmichael le Jeu 8 Aoû - 20:55, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


ADMIN PSYCHOTIQUE EN VOIE DE GUÉRISONCinquième AnnéePompom Bleu

ADMIN PSYCHOTIQUE EN VOIE DE GUÉRISON
Cinquième Année
Pompom Bleu



◗ HIBOUX ENVOYÉS : 252
◗ CRÉDITS : (avatar) wild heart ; (gifs) tumblr & wild heart ; (code) love.disaster

MessageSujet: Re: Emma •• il n'y a pas de génie sans grain de folie. {underco} Jeu 4 Juil - 18:26

NATALIA love you 
Excellent choix, elle est tellement sublime et trop rarement vue sur les forum... J'approuve totalement ** (et puis prof de potions, peut-être ancienne Serdy, et de Liverpool, quoi)
Bref. Je te souhaite bonne continuation pour la fin de ta fiche, et j'espère que tu te plairas parmi nous, jolie Emma !

_________________

ZEPPELIN JUDE HEMINGWAY
but innocence is gone and what was right is wrong ; i'm bleeding out if the last thing that i do is bring it down i'll bleed out for you ; so i bare my skin and i count my sins and i close my eyes and i take it in i'm bleeding out i'm bleeding out for you ● bleeding out - imagine dragons
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


ADMIN HYSTÉRIQUEMENT SADIQUEInfirmière

ADMIN HYSTÉRIQUEMENT SADIQUE
Infirmière



◗ HIBOUX ENVOYÉS : 161
◗ CRÉDITS : (c)Luly

MessageSujet: Re: Emma •• il n'y a pas de génie sans grain de folie. {underco} Ven 5 Juil - 7:37

(AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH UNE AUTRE ADULTE *.*)

Jsais pas trop si j'ai le droit de poster avant validation MAIS
BIENVENUE, chui trop trop trop trop trop trop trop trop contente de te voir ici *.*

_________________

Je parle en indianred.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


MAÎTRE DU JEU

MAÎTRE DU JEU



◗ HIBOUX ENVOYÉS : 92
◗ CRÉDITS : Moriarty

MessageSujet: Re: Emma •• il n'y a pas de génie sans grain de folie. {underco} Sam 20 Juil - 16:34

Cela fait un petit moment que l'on a pas eu de nouvelles à propos de l'avancée de ta fiche, as-tu besoin d'un délai supplémentaire pour la terminer ?
Merci de nous tenir au courant, et bon courage pour les finitions ♥

_________________

nope (for the moment)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


◗ HIBOUX ENVOYÉS : 5
◗ CRÉDITS : (c) shiya

MessageSujet: Re: Emma •• il n'y a pas de génie sans grain de folie. {underco} Sam 20 Juil - 20:45

Hello!

Oui, j'aurais besoin d'un gros délai si possible! Je m'en vais une dizaine de jours en vacances d'ici lundi, et j'aurai un accès à Internet fortement limité, ce qui veut dire que je passerai très peu sur le forum. L'idéal serait que je parvienne à boucler ma fiche pendant ce laps de temps où je ne zonerai pas sur la toile, mais je ne promets rien, je suis un peu rouillée en ce qui concerne la rédaction des fiches, en plus d'être ultra lente. Mais promis, je ne vous oublie pas non, jamais love you 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


ADMIN A LA FACE DE GNOCCHI (QUI AIME LES BOULES)6ème annéepréfète verte

ADMIN A LA FACE DE GNOCCHI (QUI AIME LES BOULES)
6ème année
préfète verte



◗ HIBOUX ENVOYÉS : 273
◗ CRÉDITS : © Shiya

MessageSujet: Re: Emma •• il n'y a pas de génie sans grain de folie. {underco} Ven 9 Aoû - 11:43

Hâte de voir ta fiche terminée, ma belle ! N'hésite pas à nous prévenir quand ce sera fait, qu'on puisse commencer à comploter niahahahah.

_________________

Pride & Prejudice
Where there is desire there is gonna be a flame. Where there is a flame someone's bound to get burned. But just because it burns doesn't mean you're gonna die. You've gotta get up, and try.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


◗ HIBOUX ENVOYÉS : 5
◗ CRÉDITS : (c) shiya

MessageSujet: Re: Emma •• il n'y a pas de génie sans grain de folie. {underco} Sam 10 Aoû - 21:43

don't worry. je tourne un peu au ralenti à cause du taf et de mes médocs donc du coup je pense plus à dormir qu'autre chose, mais je vais me magner le cul de finir cette fiche parce que j'en ai marre de faire traîner les choses *mode warrior* surtout que bon, j'ai rajouté des trucs par rapport à ce qui était initialement prévu car j'ai trouvé comment démarrer cette fiche. Anyway, je pense que tu seras la première au courant quand j'aurai terminé love you oh, et je vois que Cher a débarqué, punaise, du coup j'ai hâte de rpiser avec toi aussi xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Invité


Invité




MessageSujet: Re: Emma •• il n'y a pas de génie sans grain de folie. {underco} Dim 11 Aoû - 8:55

Prend ton temps, on tourne tous au ralenti en ce moment haha !
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Emma •• il n'y a pas de génie sans grain de folie. {underco}

Revenir en haut Aller en bas

Emma •• il n'y a pas de génie sans grain de folie. {underco}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Felix Felicis :: AVANT DE COMMENCER :: Cérémonie de Répartition-